Avec l’ambition de devenir une référence médicale dans la région, Maurice doit disposer non seulement des services de pointe, mais aussi de personnel compétent. Suffisamment surtout pour pallier la demande. D’où l’intention du ministère de la Santé de recruter, dès janvier 2012, un premier batch de 200 infirmiers pour nos centres de santé publics. Le recrutement de 200 infirmiers additionnels se fera au mois d’avril. Parallèlement, 150 Regional Medical Officers prendront poste dans les hôpitaux dès janvier 2012 en même temps que le recrutement de 174 internes. Ce sont les « bonnes nouvelles » qu’a annoncé le ministre de tutelle, Lormus Bundhoo, aux patients, cette semaine, lors des célébrations du All Patients Day. Une occasion marquer par une distribution de cadeaux aux patients, et au ministre de rappeler au personnel hospitalier que « sans les patients, les centres de santé n’auraient pas de raison d’être ».
De même, outre le recrutement d’infirmiers pour pallier le manque accru de personnel, la formation des infirmiers sera une des priorités de la Santé en 2012. Le ministère souhaite que les infirmiers disposent désormais d’au minimum un BSc in Nursing après avoir suivi des cours dispensés à l’Université de Maurice et autres institutions tertiaires. Lormus Bundhoo soutient que cette valorisation des infirmiers relève du fait qu’il s’agit de ceux en première ligne de contact avec les patients. « Pour pouvoir accorder de meilleurs soins, un meilleur service, nous devons être armés, être formés », estime le ministre, soulignant l’importance de chaque patient.
Le Deputy Prime minister, Rashid Beebeejaun, également présent aux célébrations du All Patients Day, abonde dans le même sens. Le ministre, qui fêtait jeudi dernier ses 77 ans, et qui a officié pendant de longues années en tant que pédiatre à l’hôpital Jeetoo ne manque pas de souligner sa « fierté de voir ce qu’il est advenu de l’hôpital civil, transformé en high-tech hospital ». Citant plusieurs médecins et officiers qui ont oeuvré à l’avancement de l’hôpital Jeetoo, Rashid Beebeejaun est « heureux de constater qu’il y a de nombreuses personnes avec un sens de dévouement ; non seulement pour le bien-être des malades, mais aussi pour le personnel ». Pour le ministre, « c’est seulement si le personnel se sent à l’aise dans son métier, qu’il ne ressente aucune frustration, qu’il peut offrir un bon service ». C’est pourquoi, dit-il, le gouvernement va mettre beaucoup d’accent sur la formation des infirmiers. Il est aussi revenu sur la construction en cours de l’hôpital Jeetoo, se remémorant de ce temps où il travaillait dans cet hôpital. Le DPM a un mot spécial pour les infirmiers qui font un travail formidable, soulignant que, « un bon nursing, c’est le premier pas pour sauver un patient ».
Heureux de fêter son anniversaire parmi les malades, Rashid Beebeejaun dira que « ena boucou dimoun pensé ki bolom la (NDLR : Rashid Beebeejaun), pré pou alé. Mais depuis que je fais de la politique active, j’entends les mêmes choses ». Il rappelle qu' »en 2000, alorr qu’on présentait sa candidature pour les élections générales, on disait que ‘malgré so laz, linn vinn donn nou enn coup de main’. En 2005, on disait que, ‘li ena enn lipié dan tomm’. Et, en 2010, on disait: ‘so dé lipié dans tomm’. Mais nous serons dans quelques jours en 2012 et je suis encore là ». « Cela, c’est grâce à vous », a-t-il dit aux patients.