L’été bat son plein et les températures commencent déjà à s’élever. Les climats chauds, et en particulier ceux qui associent l’humidité à la chaleur, peuvent se révéler dangereux pour la santé. Il faut, dès lors, savoir se protéger.
La déshydratation
?La déshydratation est souvent le premier effet désagréable de l’été, ses risques augmentant en cas de forte température. Ses premiers signes : sensation de soif et de bouche sèche, diminution du volume des urines qui prennent une couleur foncée, fatigue et maux de tête… À un stade plus avancé, elle se traduit par de la fièvre et, parfois, des troubles du comportement ou une perte de conscience. Dans les cas sévères, la déshydratation peut se révéler mortelle. Les risques sont plus élevés en cas de forte fièvre, de diarrhée ou de vomissements répétitifs. Les personnes âgées sont particulièrement exposées au risque de déshydratation, car elles éprouvent moins la sensation de soif. De plus, elles suivent parfois des traitements qui augmentent les pertes en eau (diurétiques). Les enfants sont également très vulnérables, en particulier les nourrissons qui peuvent se déshydrater en quelques heures. Chez eux, la déshydratation se traduit par une baisse de tonus, un teint grisâtre, des yeux cernés, une peau et une langue sèches, de la fièvre, une perte de poids et, parfois, des convulsions.
La déshydratation se manifeste lorsque les pertes en eau du corps sont plus importantes que les boissons et les aliments qu’on consomme. En général, c’est une chaleur excessive qui provoque la déshydratation ; cependant, celle-ci peut se produire même lorsque la température ambiante est normale. L’exercice physique pratiqué de façon intense et sur une période prolongée peut aussi induire un coup de chaleur lorsqu’il est combiné à une température ambiante particulièrement élevée. Dans ce cas précis, il peut parfois affecter les personnes jeunes et en bonne santé. Chez une personne âgée, si la déshydratation n’est pas rapidement corrigée, d’autres pathologies apparaissent : infections urinaires et bronchiques, phlébite, aggravation d’une artérite, instabilité cardiaque. Sans oublier les risques de chutes.
Pour éviter la déshydratation : une seule solution : Boire régulièrement (un litre et demi minimum d’eau) et, surtout, avant d’avoir réellement soif. Pour plus de plaisir, diversifiez vos apports en eau : thé frais, compote de fruits, sorbet, soupe froide, fruits riches en eau (pastèque, melon, fraise…) et légumes. Attention, l’alcool favorise la déshydratation. Pensez aussi à manger normalement, même si l’on n’a pas faim. Évitez les aliments riches en sel qui favorisent la déshydratation. Privilégiez plutôt les poissons et les fruits de mer. Les graisses qu’ils contiennent sont intéressantes pour la santé et ils apportent une bonne dose de vitamines et minéraux.
Le coup de chaleur?
L’été, c’est la saison des coups de chaleur. Fièvre, perte de connaissance, nausées, sensation de chaleur intense, fatigue et soif intenses, crampes, rougeur de la peau en sont les principaux symptômes. En effet, notre organisme lutte contre la chaleur en transpirant. L’évaporation de la sueur consomme des calories et refroidit la peau. Lorsque le climat est chaud et humide, et en particulier si la personne fait des efforts physiques et boit trop peu, ce mécanisme de régulation se révèle insuffisant et la température interne du corps augmente dangereusement. Survient alors le coup de chaleur. Si le risque de coup de chaleur est important pour les enfants et toutes les personnes âgées ou fragiles, il concerne également les adolescents et les adultes qui pratiquent des activités physiques intenses et prolongées. En cas de coup de chaleur, le traitement doit être le plus rapide possible. Il repose sur le refroidissement de la victime et sur la réhydratation. La personne doit être déshabillée et installée à l’ombre, puis être aspergée d’eau fraîche associée à un courant d’air (si possible créé par un ventilateur). Si elle est conscient, donnez-lui des boissons fraîches.
L’insolation?
Avec ou sans coup de soleil, bronzé ou non, chacun peut être touché par une insolation en exposant sa tête au soleil, de manière trop prolongée ou trop intense. Néanmoins, ce sont les enfants et les personnes âgées qui sont les plus vulnérables. Les symptômes apparaissent généralement en fin de journée ou au cours d’un effort prolongé : malaise général, sensation de froid intense, maux de tête et parfois vomissements.?? La prévention de l’insolation repose bien sûr sur le port d’un chapeau, mais aussi sur le bon sens : évitez de vous promener sous le soleil aux heures les plus chaudes de la journée et n’oubliez pas de vous hydrater régulièrement.
Préventions
Boire régulièrement

Boire régulièrement même si on n’a pas soif. Boire au moins deux litres d’eau (voir plus haut) par jour et boire de préférence par petites quantités et fréquemment. Préférez les boissons fraîches et les collations froides. Évitez l’alcool, ainsi que les boissons excitantes et diurétiques (thé, café, etc.). Faites boire souvent les personnes âgées et les enfants. Vous pouvez avoir recours à des solutés de réhydratation qui seront également utiles en cas de diarrhée.
Se couvrir et se mettre à l’abri
Le plus efficace pour se protéger du soleil est encore de ne pas s’exposer inutilement, notamment entre 12h et 16h. Mais si vous devez sortir tout de même, essayez de marcher à l’ombre. Portez un chapeau ou une casquette en complément ou utilisez un parasol. Évitez les atmosphères mal ventilées et éviter de rester dans une voiture ou un lieu clos en plein soleil
Se désodoriser
Dans la chaleur de l’été, on peut vite sentir de petites gouttes perlées le long de son corps et donc dégager quelques émanations malodorantes. Le remède à ses désagréments corporels : les lingettes. Elles sont nettoyantes, rafraîchissantes et déodorantes, et vendues par petits paquets, donc faciles à transporter. Sachez aussi qu’en cas de forte chaleur ou de transpiration abondante, il est possible d’augmenter sa ration de sel pour retenir l’eau à l’intérieur de l’organisme. De même, en cas de fortes chaleurs, il est conseillé d’éviter les activités physiques.
Se tartiner
Pour bien protéger sa peau, appliquez une crème solaire environ toutes les deux heures, de préférence d’indice supérieur à 30 (protection haute) et résistante à l’eau si vous vous rendez à la mer.  
Se vaporiser
Se passer un gant de toilette légèrement mouillé sur le visage ou le corps peut être salutaire. Ou alors, faites du brumisateur votre partenaire estival. Et si vous avez chaud, n’hésitez pas à vous doucher ou à prendre des bains plusieurs fois par jour. Portez aussi des vêtements amples, clairs et en coton qui laissent passer l’air.
S’équiper
Si le soleil n’est pas toujours bon pour la peau, il ne l’est pas non plus pour les yeux, car les rayons UV peuvent endommager les organes de l’oeil. La cornée, le cristallin, et la rétine peuvent être touchés et provoquer des maladies graves comme la cataracte. Mettez donc des lunettes de soleil. Pour ne pas se tromper et s’assurer une protection maximale, vérifiez que vos lunettes portent bien le marquage CE. On peut opter pour des lunettes de soleil polarisantes pour limiter la réverbération au sol et les reflets sur l’eau.
Riposter face aux insectes
Avec l’été, ce sont une armée d’insectes qui débarquent, dont les moustiques. Pour éviter leur prolifération, il faut supprimer les eaux stagnantes qui permettent sa reproduction (soucoupes des pots de fleurs, vases, gouttières mal entretenues…). Et pour bien se protéger, il faut choisir des vêtements légers, mais couvrant au maximum les parties du corps, de préférence claire, car les insectes sont attirés par les couleurs vives et foncées. Appliquez également un répulsif sur toutes les parties découvertes du corps et surtout pendant la nuit, à cette période où les insectes sont plus actifs. Plus grand rempart encore, la moustiquaire imprégnée d’insecticide pour passer une bonne nuit.