Quelque 21 cas de dengue ont été recensés à ce jour (mardi) à Port-Louis dans les environs du Champ de Mars. Le ministère de la Santé poursuit des activités de désinsectisation (“fogging”) et de surveillance dans le port et l’aéroport.
Si l’une des personnes contaminées a été infectée en Inde, les autres cas sont dépistés chez des personnes qui n’ont pas voyagé récemment. Des cas ont été détectés chez des personnes qui viennent travailler à Port-Louis ou qui ont rendu visite à leur famille dans la région, explique le Dr Shahina Aboobakar, du ministère de la Santé. Le ministère fait d’ailleurs appel aux Mauriciens afin qu’ils nettoient leur cour, qu’ils se débarrassent des détritus et des déchets ménagers et de tout ce qui peut contenir de l’eau stagnante, foyer de reproduction des moustiques. « Nous leur recommandons de couper les branches d’arbres et de tailler les feuilles, de ramasser les ordures dans des poubelles couvertes », indique le Dr Aboobakar.
L’année dernière, à la même époque, 44 cas de dengue avaient été détectés dans le nord du pays, principalement à Triolet. Selon une étude du ministère de la Santé, 60% des personnes infectées en 2014 étaient des femmes, en raison de leurs activités professionnelles et domestiques à l’extérieur. Le Dr. Deoraj Caussy, virologue, nous avait alors dit que ces femmes faisaient leur lessive à l’ancienne ou préparaient les épices à l’extérieur ou travaillaient dans les champs. Selon le virologue, la plupart des Mauriciens ne sont pas immunisés contre la fièvre dengue, car ce sont quatre types de virus qui sont responsables de la maladie. Jusqu’ici, les cas recensés dans la région nord du pays étaient causés par le virus du type 2. Un autre foyer avait été relevé en 2009 à Port-Louis d’origine comorienne.
Il est recommandé de bien se couvrir et d’utiliser des produits répulsifs si l’on sort à l’aube ou au crépuscule, moments où les moustiques se nourrissent. Néanmoins, alerte le Dr Caussy, quand le temps est couvert, les moustiques se nourrissent toute la journée.