Un cas de dengue a été détecté sur 590 échantillons analysés entre mardi et jeudi. La personne infectée réside à Triolet. À ce jour, le nombre de cas recensés sur 1730 échantillons analysés s’élève à 40.
« Les patients sont cliniquement stables », indique le ministère de la Santé. Selon un constat effectué par le ministère la majorité des personnes infectées résident tout près de terrains en friche. Au mercredi 26 mars, l’exercice de fumigation avait couvert 1 692 terrains vagues et 20 288 foyers. L’épandage de larvicide se poursuit et à ce jour 31 424 habitations et 1 373 terrains en friche ont été traités. Au total, 996 Notices ont été servies pour non-respect de la loi relative à l’eau stagnante sur les toits et autour des maisons.
Suite aux récentes grosses averses, le ministère de la Santé a mis en oeuvre une nouvelle stratégie de lutte antivectorielle. Depuis le mercredi 26 mars, les éléments de la Special Mobile Force (SMF) se sont joints aux opérations de fumigation. La stratégie consiste à couvrir toute la région à partir de Morcellement St-André et Balaclava, allant du Sud au Nord-Ouest, vers Trou-aux-Biches et Pointe-aux-Piments. Cette stratégie a été mise en place prenant en compte la direction du vent, soufflant du sud-est.
Toutes les mesures de santé publique qui avaient été déclenchées depuis la détection du premier cas sont maintenues à Triolet et dans les endroits avoisinants, dont Pointe-aux-Piments, Trou-aux-Biches, Morcellement St-André, Balaclava, Le Goulet, Arsenal, Petit Gamin, Fond-du-Sac, Plaine-des-Papayes, Bois Mangues, Pamplemousses/SSRN Hospital, Beau-Plan et Bois-Rouge.
La campagne de sensibilisation est maintenue à Triolet et les endroits avoisinants. Cet exercice a été étendu à Port-Louis, Plaine-Verte, Vallée-Pitot, Vallée-des-Prêtres, Cité-la-Cure, Camp-Yoloff, Tranquebar et Ste-Croix. Plus de 5 000 brochures ont été distribuées dans les endroits mentionnés.