Depuis le début de l’hiver, en moyenne, chaque mois, les centres hospitaliers spécialisés de Maurice ont traité quelque 900 cas de conjonctivite. Une inflammation ou irritation de l’oeil, souvent bénigne, mais qui s’avère gênante et douloureuse. Si cette affection des yeux se soigne en trois jours, elle est très contagieuse et si récidivante, peut entraîner une perte de l’acuité visuelle lorsqu’elle n’est pas traitée correctement. D’où l’importance de reconnaître au plus tôt les premiers signes de la conjonctivite.
Rougeur à l’oeil, oeil irrité, sensation de brûlure dans l’oeil ou les yeux, comme si vous aviez du sable dans l’oeil, yeux sensibles à la lumière, yeux larmoyants, apparition de sécrétions qui peuvent avoir un aspect différent (blanc, transparent)… Ce sont là les symptômes les plus récurrents de la conjonctivite.
La conjonctivite est une inflammation de la conjonctive — un tissu très fin qui se trouve sur la face intérieure de notre paupière. La paupière est alors plus ou moins gonflée et douloureuse. La vision du malade peut aussi être un peu brouillée. Au réveil, la personne qui en est atteinte a souvent les paupières « collées » par les abondantes sécrétions de la nuit. Cette infection des yeux se soigne en moyenne en trois jours, dépendant non seulement des règles d’hygiène mais aussi du type de conjonctivite attrapé. En effet, il existe trois types de conjonctivites : infectieuse (virale ou bactérienne), allergique ou toxique.
Trois types de conjonctivites
Ce sont souvent des personnes sensibles aux allergènes qui attrapent la conjonctivite allergique. Cette affection survient en général par poussées lorsque les allergènes sont en plus grand nombre dans l’air. Ce sont ainsi les poussières, les acariens, le pollen, les poils d’animaux, etc., qui en sont généralement responsables. L’affection se caractérise, en plus des symptômes classiques aux deux yeux, par de fortes démangeaisons ainsi que des picotements oculaires.
La conjonctivite bactérienne ou virale sont des maladies très infectieuses. Dans le cas de la conjonctivite bactérienne, elle apparaît due à des bactéries et provoque souvent des sécrétions purulente.
La conjonctivite virale apparaît elle généralement lors d’une épidémie. Souvent, les deux yeux sont infectés et des sécrétions claires et aqueuses apparaissent. Une conjonctivite virale peut durer entre sept et neuf jours.
Virale, bactérienne ou allergique : des traitements différents
La conjonctivite est une maladie bénigne. À la condition toutefois qu’elle soit bien et vite traitée. En général, vous pouvez soigner votre conjonctivite en adoptant des règles d’hygiène strictes. Lavez-vous les mains régulièrement et, surtout, avant de désinfecter votre oeil. Rincez votre oeil avec de l’eau plate ou de l’eau stérile et ensuite avec un sérum physiologique trois fois par jour. Pour les dames, n’appliquez surtout pas de maquillage tant que votre oeil n’est pas guéri. Si au réveil vos paupières sont collées l’une à l’autre, munissez-vous d’un coton-tige. Imbibez-le d’eau ou de sérum et frottez-le légèrement à l’endroit où les sécrétions se trouvent.
Cependant, si votre conjonctivite est très enflammée, que vous sentez que ce n’est pas une conjonctivite allergique ou toxique (provoquée par des produits toxiques tels les cosmétiques, chlore de piscine, parfum, etc.) qui se sont infiltrés dans votre oeil) et que vous avez de fortes sécrétions, prenez rendez-vous chez votre médecin. Il analysera l’infection et vous prescrira des médicaments qui conviennent à votre type de conjonctivite. En effet, à défaut, la conjonctivite peut se compliquer d’une atteinte de la cornée, la fine membrane transparente et bombée qui recouvre l’oeil et au travers de laquelle nous voyons. La douleur devient alors plus vive et la vision peut diminuer sensiblement.
Précautions pour ne pas contaminer votre entourage
Souvenez-vous, les conjonctivites bactériennes et virales sont très contagieuses. Pour ne pas contaminer votre entourage, quelques précautions s’imposent : évitez de vous toucher les yeux,  lavez-vous soigneusement et régulièrement les mains. Les conjonctivites d’origine bactérienne guérissent le plus souvent en quelques jours grâce à l’application d’un collyre antibiotique. Il est toutefois nécessaire de faire des instillations très fréquentes, entre quatre et six fois par jour. Cependant, quand vous ressentez des douleurs oculaires, ne tentez pas de soigner seul votre oeil rougi avec n’importe quel collyre présent dans votre armoire à pharmacie. L’automédication peut être dangereuse, voire se révéler dramatique en la matière : si l’origine de la maladie est virale ou bactérienne, un collyre contenant des corticoïdes peut entraîner une « flambée » de l’infection et provoquer à terme une perte de l’acuité visuelle. Cette première précaution prise, une seconde tout aussi impérative est à respecter : il faut jeter tout flacon de collyre entamé et surtout ne pas le garder en pensant l’utiliser lors d’un prochain épisode. Ne contenant aucun conservateur, le collyre se périme très vite et devient un véritable bouillon de culture. De même, comme les virus restent infectants quelques heures en milieu extérieur, ils peuvent se transmettre par l’intermédiaire d’objets contaminés, par exemple du linge, des couverts de table ou des objets de toilette. Veillez à ne pas prêter vos affaires durant cette période.
En cas de conjonctivite virale, l’ophtalmologiste prescrit un collyre antiseptique, à instiller plusieurs fois par jour pendant une huitaine de jours afin de décontaminer l’oeil, ainsi que des anti-inflammatoires pour diminuer la gêne.
Le traitement des conjonctivites allergiques est généralement plus délicat : le médecin recommande dans un premier temps de fuir l’allergène en cause si on le connaît et de ne plus se maquiller pendant toute la durée du traitement pour éviter les risques de surinfection. Quant au traitement, il fait appel à un collyre à base d’antihistaminique instillé deux à quatre fois par jour pour soulager les symptômes. Il faut également se rincer régulièrement avec un sérum physiologique. Si l’infection persiste, rendez-vous chez votre médecin pour qu’il vous prescrive un traitement adapté. Dans tous les cas, respectez bien la durée du traitement, sous peine de voir la maladie récidiver.