Le ministère de la Santé a enregistré une légère hausse dans le nombre de cas d’infections respiratoires aiguës au cours de la semaine écoulée. La chute de la température causée par l’anticyclone évoluant dans les parages de Maurice en est la cause. Il est recommandé aux personnes vulnérables de prendre les précautions nécessaires et d’agir promptement en cas de grippe.
Avec le changement de saison, les cas de grippe et d’infections respiratoires sont de retour. Au cours de ces trois dernières semaines, le ministère de la Santé a enregistré une hausse constante dans les cinq hôpitaux régionaux. Le nombre de personnes traitées pour des infections respiratoires aiguës est de 6 481 pour la semaine du 10 au 16 septembre, alors qu’on avait enregistré 6 222 et 5 368 cas pendant les deux semaines précédentes.
Selon le Dr Fazil Khodabaccus, community physician, avec la chute de la température, le virus de la grippe circule plus facilement. « Il est important d’agir promptement en cas de grippe afin d’éviter une infection respiratoire. » Les personnes vulnérables, notamment celles atteintes de diabète, du cancer, en traitement de dialyse, les asthmatiques ainsi que les enfants et les vieilles personnes, doivent redoubler de vigilance. « Nous leur conseillons surtout de voir un médecin en cas de grippe et d’éviter l’automédication. »
Sur les 6 481 cas traités au cours de la semaine écoulée, un taux d’admission de 2,4% a été enregistré, soit environ 155 personnes. Il est à noter toutefois que ces chiffres ne concernent que les cas traités dans les hôpitaux régionaux et pas les centres de santé communautaires.
Dans le privé, la même situation est constatée. Selon le Dr Radhika Jagatsingh-Beehuspoteea, le fait que nous sommes en pleine période scolaire complique davantage la situation. « Lorsque les enfants tombent malade en hiver, c’est plus facile à gérer pour les parents. Quand les enfants sont en collectivité, à la crèche ou à l’école, la transmission se fait plus facilement et les infections durent plus longtemps. »
Tout comme c’est le cas dans les hôpitaux, le Dr Radhika Jagatsingh-Beehuspoteea dit avoir noté des cas d’infection respiratoire, mais aussi d’infection pulmonaire. Selon elle, la situation actuelle est plus ou moins semblable à celle des années précédentes à pareille période. Elle conseille toutefois aux parents de donner les soins nécessaires, même si a priori la grippe ne paraît « pas très méchante. »
Les deux mesures les plus importantes pour éviter une complication, rappelle-t-elle, sont de bien hydrater les enfants et de leur nettoyer régulièrement le nez. Si c’est possible, éviter également la collectivité.
De son côté, le ministère de la Santé rappelle les précautions d’usage pour éviter de propager le virus. « Si vous avez les symptômes de la grippe, couvrez-vous le nez et la bouche quand vous toussez ou éternuez ; lavez-vous les mains régulièrement avec de l’eau et du savon ; reposez-vous à la maison et évitez la foule afin de prévenir la propagation de l’infection. Si les symptômes persistent, consultez un médecin. »
Les précautions sont aussi de mise pour ceux en bonne santé. Le ministère conseille d’éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche avec les mains non lavées.