Le protocole de surveillance concernant les voyageurs venant de pays à risques, dont ceux du Moyen-Orient et de Corée du Sud, a été renforcé au port et à l’aéroport. Les médecins exerçant dans le privé et ceux du service de santé publique ont été à nouveau informés des symptômes de la maladie, de sa transmission et de sa prise en charge. À ce jour, les analyses des prélèvements de gorge et des échantillons de crachat effectués au laboratoire de virologie du ministère de la Santé sont toutes négatives pour le coronavirus. Le Centre international de vaccination à Port-Louis a émis des recommandations pour les voyageurs dans les pays à risques.
La maladie respiratoire connue comme le Syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) a été détectée dans diverses régions d’Arabie Saoudite, des pays du Moyen-Orient et dans d’autres pays. Récemment, plusieurs cas ont été détectés dans la République du Corée du Sud. La maladie s’est propagée dans les pays du Moyen-Orient et jusqu’au 4 juin 2015, 30 cas ont été détectés. Environ 36 % des cas ont abouti au décès du patient.
Le virus ne semble pas se propager aisément d’une personne à l’autre, à moins d’un contact étroit avec une personne infectée. Tous ces cas sont survenus à l’intérieur d’un service de santé ou chez des membres de la famille proche du malade. Les symptômes courants chez les patients présentant une infection au MERS-CoV sont des troubles respiratoires aigus et sévères s’accompagnant de fièvre, de toux, d’essoufflements et de difficultés à respirer. La présence d’une pneumonie est fréquente, mais pas systématique. Des symptômes gastro-intestinaux, y compris une diarrhée, ont été signalés.
Le virus peut provoquer une forme très sévère de la maladie chez les sujets immunodéprimés, plus particulièrement parmi les personnes âgées ainsi que les maladies telles que le cancer, le diabète, maladie pulmonaire chronique. À ce stade il n’y a pas de transmission soutenue dans la communauté. Aucun vaccin n’est disponible. Il n’existe aucun traitement spécifique de la maladie causée par le MERS-CoV. Le traitement est uniquement symptomatique, c’est-à-dire qu’il repose sur les symptômes présentés par le patient. Un traitement de soutien peut être aussi très efficace.
Pour éviter d’être contaminé dans les pays où existe le coronavirus, le service médical du Centre International de Vaccination à Port-Louis recommande d’éviter tout contact direct avec des personnes souffrant de grippe, de se laver les mains régulièrement avec de l’eau et du savon, de se couvrir la bouche et le nez en cas éternuement et de toux. Il vaut mieux aussi éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche avec des mains non lavées et d’éviter tout contact avec les animaux.
Le nouveau coronavirus a été détecté pour la première fois en avril 2012 et n’avait jamais été observé chez l’homme auparavant. Les coronavirus constituent une vaste famille de virus pathogènes pour l’homme et l’animal. Chez l’homme, ils peuvent provoquer des maladies de gravité variable, allant du rhume courant au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).