« Une unité d’endoscopie est désormais opérationnelle à l’hôpital Jawaharlall Nehru de Rose-Belle. Jusqu’à présent, ce service n’était disponible qu’à l’hôpital SSRN », a laissé entendre jeudi le ministre de la Santé, Lormus Bundhoo, lors d’une présentation des services d’endoscopie et une cérémonie de don de matériels et d’instruments pour l’endoscopie par le Dr Sulleman Moreea, à la salle de conférence du centre cardiaque de Pamplemousses.
D’origine mauricienne, le Dr Sulleman Moreea est Consultant Gastro-entérologue/hépatologue au Département de Gastro-entérologie au Bradford Teaching Hospitals Foundation Trust et au Bradford Teaching Hospitals NHS Foundation Trust en Grande-Bretagne. Il compte plusieurs années de collaboration avec Maurice à travers son aide à la formation des cliniciens mauriciens. Ce don de matériel vient s’ajouter à d’autres dons effectués dans le passé, s’élevant ainsi à plus d’un million de roupies à titre bénévole. Ce serait, selon le Dr Moreea, une façon de rendre un peu à son pays qui lui a tant donné.
Par ailleurs, Lormus Bundhoo n’a pas manqué de remercier le Dr Moreea pour son engagement auprès du service de santé de Maurice. Le ministre de la Santé a également loué le travail abattu par l’équipe du Dr Farook Bholah, Consultant à l’hôpital SSRN et pionnier dans l’introduction des services d’endoscopie à Maurice.
L’endoscopie est une méthode d’exploration et d’imagerie médicale permettant de visualiser l’intérieur de conduits ou de cavités inaccessibles à l’oeil. L’endoscope est composé d’un tube optique muni d’un système d’éclairage, couplé à une caméra vidéo. On peut ainsi retransmettre l’image sur un écran. L’endoscopie peut être utilisée soit pour le diagnostic, soit pour traiter une maladie. Les endoscopies se font par les voies naturelles lorsque cela est possible ou par incision, minimisant ainsi l’étendue de l’intervention chirurgicale, l’hospitalisation et les coûts liés.
Par ailleurs, le ministre de la Santé a annoncé que le service d’endoscopie sera étendu à tous les cinq hôpitaux régionaux du pays d’ici juin 2013. Les équipements seront graduellement acquis. Toutefois, la formation du personnel est impérative, devait souligner Lormus Bundhoo, qui a ajouté que cette initiative représente un investissement d’environ Rs 40 millions afin de mettre à la disposition du public mauricien des soins dernier cri en matière de technologie médicale.