photo archive

La CTSP souhaite que le “Risk Assessment Report” soit rendu obligatoire.

La Confédération des travailleurs des secteurs privé et public (CTSP) réclame que le “Risk Assessment Report”, effectué sur les lieux de travail pour assurer la santé et la sécurité des travailleurs, soit rendu obligatoire. Selon les porte-parole de la confédération, ce rapport est publié seulement quand il y a un accident de travail. Or, ils estiment qu’il est « primordial qu’il soit publié régulièrement ».

C’était lors d’une manifestation devant le Parlement jeudi, dans le cadre de la Journée internationale de la santé et de la sécurité au travail, commémorée le 28 avril. La confédération a aussi déploré les conditions de travail des éboueurs à Maurice.

Selon Reaz Chuttoo, cette manifestation est le “kick-off” d’une campagne à l’occasion de la Journée internationale de la santé et de la sécurité au travail, célébrée le 28 avril. Cette journée a pour but de rendre hommage à des travailleurs qui sont tombés malades ou qui devenus handicapés sur leur lieu de travail et livrés à eux-mêmes par la suite. « À Maurice, la CTSP commémore cette journée depuis ces dix dernières années. Cette année, nous souhaitons commémorer cette journée en l’honneur des éboueurs. Depuis des années, la CTSP milite en vue d’obtenir une “Refuse Collection Regulation”. En 2013, il y avait un amendement dans le “Remuneration Order” pour les compagnies de nettoyage, stipulant que ces travailleurs n’ont pas le droit d’être en contact direct avec les déchets. Malheureusement, cette loi n’a jamais été mise en pratique. Le département de la Santé a déclaré qu’il n’était pas concerné par le “Remuneration Order”, alors que le département du Travail déplore un manque de compétences dans la Santé et la Sécurité. Entre-temps des milliers de travailleurs sont des laissés-pour-compte », a expliqué Reaz Chuttoo.

Ce dernier déplore que les éboueurs soient toujours en contact avec les déchets et ne reçoivent pas les outils nécessaires pour les ramasser. La CTSP, a annoncé Reaz Chuttoo, lance diverses activités pour commémorer cet événement international. Ainsi, elle exige que le “Risk Assessment Report” soit « mandatory ». Dans ce contexte, un atelier de travail sera organisé ce samedi au siège de la confédération à Rose-Hill, en présence d’un Occupational Doctor, un représentant du ministère du Travail et, probablement, un représentant du ministère de la Santé. Une vidéo, sur les conditions de travail des éboueurs à Maurice sera lancée à cette occasion.

Jane Ragoo devait annoncer que les agents de sécurité ne travailleront que 48 heures par semaine, contrairement à 72 heures auparavant, dans le cadre de l’introduction du “National Minimum Wage”. « Nous avons deux semaines pour faire des contre-propositions au NRB et nous invitons tous les agents de sécurité du pays à venir vérifier le document que nous préparons, le samedi 4 mai, au siège de la confédération. Le document sera soumis le 6 mai au gouvernement », a-t-elle fait ressortir.

Par ailleurs, la CTSP invite les Mauriciens à participer à la marche des syndicalistes, dans le cadre de la fête du Travail le 1er mai.