Des prêtresses grecques qui s’exposaient nues devant la lune pour conserver une peau éclatante, aux hommes qui se transformeraient en loup garous ou vampires, en passant par la folie meurtrière en période de pleine lune, la scintillante Dame inspire toujours bien des mythes. Mais pas seulement, car au-delà des légendes, elle aurait aussi un impact direct sur notre santé… Difficile à croire? Faisons comme Renaud : demandons à la lune!  
Les croyances attachées à l’influence de la Lune, plus particulièrement la pleine Lune, sur les humains sont très anciennes. L’homme a depuis toujours cherché des réponses dans les astres, en les associant aux manifestations divines. Si certains disent que la pleine Lune augmente l’agressivité, le stress, l’irritabilité, la colère, ce qui peut rendre mélancolique et parfois violent, la lune est aussi souvent montrée du doigt lors des recrudescence des taux de criminalité, de suicides, de désastres naturels… D’autres croient dur comme fer que la pleine Lune est bénéfi que pour l’homme : elle favoriserait la fertilité des femmes, améliorerait le fonctionnement du système pileux et ferait pousser les ongles. Elle pourrait même favoriser la perte de poids. Les preuves? Il n’y en a aucune. Mis à part l’effet prouvé du cycle lunaire sur les marées, son infl uence sur l’homme n’est absolument pas démontrée par les scientifi ques… Cependant, de nombreux professionnels de santé observent que les cycles de la lune ont un eff et sur notre organisme. Cette idée ne date d’ailleurs pas d’hier et fait le tour de plusieurs pays. En Chine, par exemple, les médecins traditionnels soignent en fonction du calendrier lunaire. Idem en Inde ou` la médecine ayurvédique est intimement liée à la lune. Certes, s’appuyer sur les cycles de la lune ne peut résoudre aucun problème de santé grave mais si cela peut améliorer le bien-être et de soigner certains petits maux quotidiens, faisons donc le tour de la lune…
Pousse les cheveux et des ongles
La bonne santé de nos cheveux dépendent de plusieurs facteurs: alimentation, gênes, état psychologique… De petits vaisseaux sanguins irriguent la base des cheveux qui s’en nourrit et en prend l’oxygène. C’est ainsi que nos cheveux poussent. Cependant leur croissance serait aussi liée aux cycles lunaires, en raison de la force d’attraction. La pleine lune favoriserait la vasodilatation des micro- vaisseaux sanguins, augmentant leur calibre et leur débit. Ce qui booste parallèlement l’apport de nutriments dont les cheveux ont besoin pour pousser. Selon la croyance, si vous souhaitez que vos cheveux (ou vos ongles) poussent plus vite, coupez-les le jour de la pleine lune ou les jours qui précèdent. Si vous souhaitez qu’ils repoussent moins vite, coupez-les après, pendant la période de lune décroissante.
De légères insomnies
Difficultés à vous endormir, réveils au court de la nuit, cauchemars… La pleine lune perturberait le sommeil. Cette croyance populaire tenace pourrait bien être fondée à en croire certains astrophysiciens du Centre européen de recherche nucléaire (CERN) qui se sont apercus il y a plus de 25 ans que l’énergie des particules élémentaires de la matière était modifi ée lorsque les rayonnements électromagnétiques lunaires étaient maximaux, c’est-à-dire en période de pleine lune. De même, plus récemment, des chercheurs suisses ont démontré que les 4 jours précédant ou suivant la pleine lune, la durée totale de sommeil se raccourcissait de 20 minutes, et surtout, que le taux sanguin de mélatonine, hormone fondamentale pour la régulation du sommeil, diminuait. Ce qui est su^r, c’est que le scintillement puissant d’une pleine lune peut être gênant. Petit conseil : lorsque vous avez des problèmes de sommeil ponctuels, regardez votre calendrier. Vous planifi erez vos nuits en fonction.
Accentuation des problèmes veineux
La mauvaise circulation du sang serait accentuée lors de la pleine lune, avec notamment une hausse des cas de jambes lourdes, d’hémorroïdes, de varices, d’insuffi sance veineuse, de fragilité capillaire… Plusieurs explications sont avancées pour expliquer l’infl uence de la grande Dame sur ces pathologies veineuses, à commencer par la force gravitationnelle de la lune. Comme mentionné plus haut, outre le soulèvement des eaux des océans pour donner les marées, la lune ferait aussi gonfl er le volume du sang dans les veines. Cette hypothèse n’a encore jamais été vérifi ée. Cependant, des cardiologues américains affi rment avoir prouvé que les chances de survie des patients souff rant de déchirure de la paroi de l’aorte étaient nettement meilleures quand les interventions avaient lieu entre le 15e et le 21e jour du cycle lunaire, au moment, de la pleine lune et dans les quelques jours qui suivent.
Infections urinaires
Fréquentes chez la femme, les infections aiguës, voire chroniques de la vessie, les cystites sont des pathologies très désagréables dont les coupables sont très souvent des colibacilles de types Escherischia coli, naturellement présent dans l’organisme. Ces colibacilles prolifèrent plus facilement dans des urines alcalines. Or, selon certaines observations qui n’ont aucune explications scientifi ques, l’alcalinité des urines augmentait en période de pleine lune. Ce qui favoriserait le développement d’Escherischia coli, et donc les infections urinaires, surtout s’il y a à ce moment-là, une baisse des défenses immunitaires. En cas de PH trop alcalin, acidifi ez vos urines en consommant par exemple des aliments riches en vitamine C (citrons, oranges, pamplemousses, etc.)
Les mycoses
Autre pathologie associée à l’infl uence de la lune : les mycoses. Qu’elles soient cutanées ou vaginales, les mycoses sont provoquées par la présence de champignons microscopiques (en général Candida Albicans) qui se développent plus volontiers en milieu acide. Or, soutiennent certains médecins, le terrain corporel devient plus acide en période de nouvelle lune ce qui pourrait expliquer la recrudescence de mycoses en lune décroissante et en nouvelle lune, quand la lune passe d’une forme ronde (pleine lune) à la forme de croissant (dernier quartier). Petit conseil : si vous êtes sujettes aux mycoses à répétition, pensez aux probiotiques. Ils empêchent l’installation de champignons.
Douleurs articulaires
Douleurs au cou, aux poignets, aux genoux, aux épaules, aux hanches… Il s’agit peut-être de rhumatismes. Qu’il s’agisse d’une usure du cartilage (arthrose) ou d’une infl ammation articulaire (arthrite), ces manifestations douloureuses pourraient être amplifi ées par la lune décroissante. Pendant cette période, la circulation sanguine ralentirait. Du coup, les muscles, les tendons et les articulations seraient moins oxygénés et les douleurs arthrosiques réveillées. Les poussées d’arthrite, durant cette même période, seraient dues, quant à elles, à un excès d’acidité du liquide synovial, le lubrifi ant naturel des articulations, qui accentuerait le phénomène inflammatoire.
Les angoisses passagères
Si elle ne joue pas sur notre santé mentale, la lune pourrait bien avoir des répercussions sur notre niveau d’angoisse, surtout si nous sommes d’un naturel stressé. C’est ce qu’observent certains spécialistes rappelant que la lune émet des rayonnements dont les eff ets s’apparentent à ceux d’un four à micro-ondes. Ce rayonnement est particulièrement puissant en période de pleine lune. Il agirait non seulement au niveau du système nerveux, mais dérégulerait aussi momentanément certaines glandes hormonales (hypophyse, thyroïde et surrénale) favorisant l’état de stress. Ce n’est donc peut-être pas un hasard si l’anxiété est moins lors du dernier quartier de lune, comme le révèle une étude canadienne.
Accouchements
Qu’on se le dise : il n’y a pas plus de naissances les nuits de pleine lune, ni de pics de fausses couches, de césariennes ou de malformations chez les nouveau-nés. Tout cela ne serait qu’un mythe et aucune étude menée durant les 40 dernières années n’a pu le démontrer. La lune ne jouerait pas non plus sur les cycles menstruels des femmes, pourtant pratiquement identiques aux cycles lunaires (28 contre 29,5 jours)…