Le ministère de la Santé entreprendra une étude dans des écoles primaires avec le concours de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur l’incidence de la bhilariose et de la schistosomiase, maladies causées par des parasites et associées à un environnement insalubre. Quelque 50 enfants, 25 garçons et 25 filles seront sélectionnés dans le cadre de cet exercice avec le consentement de leurs parents dans cinq à sept écoles dans chaque zone sanitaire. Des consultants du bureau régional de l’OMS pour l’Afrique formeront des infirmiers du secteur public du 1er au 5 juin à Quatre-Bornes pour la collecte d’échantillons d’urine et de selles, qui seront analysés dans les laboratoires des hôpitaux, et la soumission des formulaires.
L’étude sera coordonnée dans chaque région par les Regional Public Health Superintendants. Le contrôle des maladies tropicales négligées et associées à la pauvreté et à l’insalubrité au moyen d’une chimiothérapie préventive a été évoqué à la 68e assemblée mondiale de l’OMS le 18 mai dernier, conformément au plan 2014-20 de l’OMS pour éliminer ces pathologies. Selon l’OMS, les maladies tropicales négligées consistent en un groupe de 17 infections, dont la fièvre dengue et la filariose.