Les patients souffrant de problèmes de la colonne vertébrale causés par la maladie, l’âge ou des traumatismes bénéficieront désormais de l’expertise d’une Spine Clinic lancée à l’occasion de la Journée mondiale de la colonne vertébrale, observée aujourd’hui.
La colonne vertébrale, partie essentielle du corps humain, joue un rôle clé dans la protection de la moelle épinière, qui connecte le cerveau au reste du corps, tout en assurant la stabilité et facilitant le contrôle des mouvements des bras et des jambes.
Un patient qui souffre de douleurs ou d’enflures à la colonne vertébrale doit immédiatement voir son médecin, prévient le Professeur Phaneesha, Senior Consultant Orthopaedic Surgeon à l’hôpital Apollo Bramwell.
« Les hommes et les femmes peuvent tout deux souffrir de problèmes de la colonne vertébrale dès la naissance pour de diverses raisons. Les symptômes sont la douleur, les enflures, la perte de stabilité, la faiblesse ou l’engourdissement dans les bras et les jambes et les problèmes pour uriner ou aller à la selle. Cela est souvent dû à une mauvaise posture, au manque d’exercice et au stress physique ou psychologique excessif », explique le Professeur Phaneesha.
La Spine Clinic offrira un service complet, soit une radiographie de la partie douloureuse de la colonne vertébrale, un bilan sanguin, un examen sanguin pour évaluer le taux de calcium, des conseils sur l’alimentation, de la physiothérapie, et une consultation avec un chirurgien orthopédique. Les patients plus âgés auront besoin d’une évaluation régulière pour prévenir l’ostéoporose.
« Après la ménopause, les femmes ont un risque très élevé de souffrir de problèmes de dos et de fractures à la colonne vertébrale causées par l’ostéoporose. Elles nécessitent une évaluation régulière grâce à des bilans sanguins ou un examen pour mesurer la densité minérale osseuse, car il est plus facile de prévenir cette maladie que de la traiter. En vieillissant, les femmes et les hommes risquent d’avoir des problèmes à la colonne vertébrale causés par des dépôts secondaires liés à des tumeurs dans d’autres parties du corps. L’identification et le traitement précoce peuvent éviter la souffrance et éliminer le risque de complications mortelles », ajoute le Professeur Phaneesha.