La veille sanitaire anti-Ébola, élaborée par le ministère de la Santé en collaboration avec l’OMS, est en état d’alerte depuis ce matin avec un premier cas suspect présentant des symptômes s’apparentant au virus. Un habitant d’un village du Nord, âgé de 38 ans, qui a passé trois mois à l’étranger, notamment en Afrique au Mali, s’est présenté ce matin aux Urgences de l’hôpital SSR avec une forte fièvre et d’autres symptômes suspect s’apparentant à la fièvre Ébola. Le protocole du ministère de la Santé a été déclenché, le patient étant emmené d’urgence à la station de quarantaine de l’hôpital de Souillac pour subir toute la batterie de tests médicaux préconisés pour le dépistage du virus. Les premiers résultats devront être connus vers 18 h.
Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès des sources concordantes au ministère de la Santé indiquent que le patient est rentré à Maurice vers le 10 septembre. Pendant les trois précédents mois, il a effectué des déplacements à l’étranger, notamment au Mali et en Europe. L’élément le plus grave est que depuis son retour à Maurice il y a une semaine, cet habitant du Nord souffre de forte fièvre et d’autres symptômes.
Dès son arrivée, ce Mauricien avait été ausculté par un médecin du privé vu que la fièvre était persistante et ne donnait aucun signe d’atténuation. Le médecin devait l’informer qu’il devait se rendre à l’hôpital pour des tests et des soins approfondis.
Toutefois, l’habitant du Nord devait laisser incuber la fièvre pendant ces huit derniers jours sans avertir les autorités médicales de la situation. Finalement, ce n’est que ce matin qu’il a été transporté d’urgence au Sir Seewoosagur Ramgoolam National Hospital car son état s’était aggravé. Depuis, il a été transféré à l’hôpital de Souillac où il subit une série de tests en vue de confirmer si c’est le premier cas de virus Ébola importé et détecté à Maurice.
« Nous n’avons voulu prendre aucun risque avec ce cas de forte fièvre et d’autres symptômes suspects. Tout le mécanisme de détection et de dépistage de ce virus a été enclenché au niveau du ministère de la Santé dès ces premières indications. Les médecins spécialistes formés sont déjà sur place en vue d’administrer au patient toute une série de tests médicaux. Nous prévoyons d’avoir les premiers résultats dès 18 h aujourd’hui et le ministère émettra un communiqué officiel en vue d’informer la population s’il s’agit d’un premier cas d’Ébola ou non », a déclaré au Mauricien le ministre de la Santé, Lormus Bundhoo, peu avant midi. D’ici 18 h, en l’absence des résultats des tests, il n’y a pas lieu d’être alarmiste, insiste-t-il.
Vu que pendant une semaine cet habitant du Nord a côtoyé des membres de sa famille de même que d’autres personnes dans cette région, les différents services de lutte contre le virus Ébola, dont le département sanitaire du ministère de la Santé, seront déployés de manière urgente pour le monitoring de la situation. Les procédures sur le terrain seront renforcées si les tests sont concluants.
Entre-temps, les services de Santé sont sur le qui-vive avec probablement une révision des dispositifs de détection au Sir Seewoosagur Ramgoolam National Hospital ou encore la communication entre les médecins du privé et la cellule anti-Ébola du ministère de la Santé. Affaire à suivre…