Le ministre de la Santé Lormesh Bundhoo quitte Maurice aujourd’hui pour assister à la 60e assemblée générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui aura lieu du 21 au 26 mai à Genève (Suisse). Les représentants des États membres traiteront de nombreuses questions de santé publique, notamment de la couverture de santé universelle, de la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement liés à la santé, de la lutte contre les maladies non transmissibles, de la prise en charge mondiale des troubles mentaux, de la nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant et des grossesses chez les adolescentes.
Les représentants des États membres examineront les résultats d’une réunion de haut niveau de l’assemblée générale sur la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles et de la première conférence ministérielle mondiale sur les modes de vie sains et la lutte contre ces maladies. Il sera question de la mise en oeuvre de la Stratégie Mondiale de lutte contre les maladies non transmissibles et du plan d’action. Les autres sujets à l’agenda sont la mise en oeuvre du plan d’action pour la prévention de la cécité et des déficiences visuelles évitables et aussi la nécessité d’une réponse globale coordonnée du secteur de la Santé et sociaux au niveau des pays aux problèmes de santé mentale.
Sera également à l’ordre du jour un projet de plan d’application exhaustif concernant la nutrition de la mère, du nourrisson et du jeune enfant et de l’alimentation de la femme pendant la période précédant la conception, pendant la grossesse et l’allaitement. Sera également discutée la question des mariages précoces, des grossesses chez les adolescences et les jeunes enfants.
L’Assemblée mondiale de la Santé examinera la désignation du Conseil exécutif du Dr Margaret Chan (Chine) pour le poste de Directeur général de l’OMS pour un second mandat à compter du 1er juillet 2012. Elle abordera également les questions administratives, budgétaires et managériales de l’OMS. L’assemblée étudiera le rapport de la deuxième consultation informelle avec les États membres et les organismes des Nations unies et des dialogues informels avec les organisations non gouvernementales concernées et le secteur privé.