Le ministre de la Santé prend très au sérieux le cas d’une Rodriguaise de 36 ans venue à Maurice pour donner naissance à des triplés par césarienne. Son accouchement s’est bien passé sauf qu’elle a commencé à ressentir de vives douleurs à l’abdomen après l’accouchement.

Grande a alors été sa surprise lorsqu’elle est retournée à l’hôpital le 19 janvier dernier pour des consultations. Le personnel médical devait alors découvrir une compresse de gaze dans son abdomen. Mécontents par cette découverte, ses proches devaient porter plainte à la police pour négligence médicale alléguée. Le ministère de la Santé a de son côté ouvert une enquête afin de situer les responsabilités.

Dans sa déposition, sa belle-sœur souligne que la patiente a été autorisée à quitter l’hôpital trois jours après l’accouchement pour venir habiter chez elle à Quatre-Bornes. Mais elle se plaignait de vives douleurs. C’est pourquoi elle s’est rendue à nouveau à l’hôpital le 12 janvier dernier. Après l’avoir examinée, les médecins lui ont prescrit des comprimés antidouleur. Elle est rentrée chez elle par la suite.

Cette Rodriguaise n’était pas au bout de ses peines. Deux de ses nourrissons ont commencé à avoir de la fièvre et elle a dû se rendre à l’hôpital pour des soins. Mais à l’hôpital, ses proches devaient se rendre compte qu’elle pouvait à peine marcher. C’est alors que le personnel médical devait décider de la soumettre à une radiographie qui a révélé qu’une compresse de gaze se trouvait dans son corps. Elle a été opérée en urgence pour retirer ce corps étranger. La famille de la victime remercie quand même l’hôpital et les médecins qui ont pratiqué l’intervention à temps. Quant à ses trois nourrissons, deux garçons et une fille, ils se portent bien.