Nous avons tendance à penser que les toilettes sont une des choses les plus sales qui pourraient exister, mais détrompez-vous! Dans notre vie quotidienne, nous sommes bien souvent confrontés sans le savoir à de véritables nids de bactéries. Saviez-vous qu’en effet, nous pouvons toucher jusqu’à 30 objets différents à la minute, parmi lesquels de parfaits nids à microbes comme la télécommande, le bouton de porte, les interrupteurs… Voici une liste de ces objets d’usage courant qui sont beaucoup moins propres qu’on ne le pense.
Le smartphone :  Toujours à proximité, dans la poche, la main, sous l’oreiller, notre téléphone portable ne nous quitte jamais. Et pourtant, cet objet figure en tête du palmarès des nids à microbes, abritant 500 fois plus de bactéries que la cuvette des toilettes. Entre le contact avec les mains sales, les oreilles et la bouche, notre téléphone accumule énormément de bactéries et de microbes (salmonelles, streptocoques, staphylocoques dorés). C’est la raison pour laquelle, il est préférable d’utiliser l’oreillette. Ou à défaut, il est conseillé d’utiliser des lingettes spéciales pour nettoyer votre téléphone.
Le bureau : « Le travail, c’est la santé » – cette maxime bien connue perd un peu de son sens si vous travaillez sur un bureau qui n’a pas été nettoyé depuis longtemps. Ce meuble peut en effet contenir plus de 6, 000 bactéries par centimètre carré. S’il n’y a pas de personnel pour le faire, prenez vos gants et attaquez les microbes. Vous tomberez peut-être moins souvent malade…
Le clavier d’ordinateur : Avec ces multiples recoins, le clavier est très apprécié des saletés en tout genre mais aussi des bactéries. Alors que vous passez vos journées à taper sur un clavier d’ordinateur, cet objet anodin peut être 5 fois plus sale qu’une lunette de toilettes. Des scientifiques américains avancent qu’un clavier et une souris d’ordi peuvent donner la gastro. C’est pourquoi il est conseillé de se laver les mains aussi souvent que possible sur notre lieu de travail, principalement. On évite la gastro et on évite de contaminer ses collègues. Vous pouvez aussi nettoyer votre clavier et votre souris à l’aide de l’eau de javel diluée.
Les rampes des escalators ou escaliers : Imaginez le nombre de mains qui se posent sur une rampe d’escaliers ou d’escalators par jour! Un nombre inimaginable qui expliquerait pourquoi selon les études les rampes d’escalators seraient jusqu’à 40 fois plus contaminées par des bactéries que des WC.
La télécommande : Quotidiennement manipulée, la télécommande est pourtant un objet très rarement nettoyé. Or, elle peut être porteuse de nombreuses bactéries, et même vecteur de maladies lorsqu’une personne malade y a touché avant vous. Pour éviter de contracter des maladies infectieuses, nettoyez votre télécommande au moins une fois par semaine.
Le paillasson : Ce n’est pas une surprise mais les résultats ont de quoi étonner. Selon certaines études, 96% des paillassons contiendraient des traces de bactéries fécales transmises par les semelles de chaussures. Une bonne raison de le laisser à l’extérieur de votre habitation et surtout de bien l’utiliser avant de rentrer chez vous.
Le réfrigérateur : Plusieurs études ont démontré que notre réfrigérateur est un véritable nid à bactéries. Le tiroir à légumes pourrait contenir à lui seul jusqu’à 750 fois la concentration de bactéries considérée comme sûre. Ce sont les différences de températures qui favorisent ensuite la prolifération des bactéries (à l’ouverture et à la fermeture de la porte) et qui expliquent la transformation des germes en agents pathogènes. Laisser un yaourt entamé, une bouteille de lait… sans les couvrir, c’est encourager le dépôt de germes. Aussi, en été, les aliments subissent des chocs thermiques et provoquent la multiplication de germes. Tout ce qui est fermenté, les plats cuisinés et les fruits et légumes sont particulièrement à risques.
La planche à découper : Une planche à découper peut contenir 200 fois plus de bactéries qu’un siège de toilettes. En cause, un lavage insuffisant de cet ustensile qui accueille régulièrement de la viande crue. Résultat : transformée en véritable nid à bactérie E. coli et à  salmonelles (notamment dans les rayures provoquées par de multiples utilisations), la planche à découper peut transmettre des maladies. Il est essentiel de laver et sécher la planche à découper après chaque utilisation. Si elle est en bois, rabotez-la régulièrement afin d’éliminer les rayures superficielles et diminuer la profondeur des autres. Changez-la dès qu’elle est fortement rayée. Afin d’éliminer un maximum de germes, plongez-la plusieurs minutes dans de l’eau bouillante.
Le menu du restaurant : Touchés plusieurs fois par jour par des dizaines de clients qui ne se sont pas toujours lavés les mains avant de se mettre à table, les menus de restaurant peuvent être particulièrement envahis de germes et de bactéries. De quoi vous couper l’appétit avant de déguster votre assiette.
Les cacahuètes dans les bars : c’est une chose bien connue et pourtant, beaucoup n’y résistent pas. Le problème est que les cacahuètes peuvent ne pas avoir été changées depuis longtemps. Selon une étude réalisée en 1997,  des traces de 14 urines différentes avaient été retrouvées dans une assiette de cacahuètes en libre-service dans une brasserie.
L’argent : Les pièces de monnaie et les billets de banque sont considérés comme les objets publics les plus sales de notre vie quotidienne. Les pièces contiendraient plus de 26 000 bactéries alors que les billets en contiendraient plus de 11 000. Un vrai nid à bactéries qui pourrait faciliter la transmission de nombreuses pathogènes « potentiellement dangereux » et donc provoquer de nombreuses maladies – comme l’affirment les médecins.
Les boutons, interrupteurs et poignées de porte : Les mains sont les vecteurs privilégiés des agents pathogènes. Résistants, les germes prolifèrent ensuite sur les interrupteurs, les poignées de porte et autres touches de distributeurs automatiques de billets, manipulés des centaines de fois par jour par autant d’inconnus. Les gestes à adopter : se laver régulièrement les mains, pendant 30 secondes, avec du savon, notamment dans les lieux publics ; à la maison, nettoyez régulièrement interrupteurs et poignées avec un chiffon doux et une lotion désinfectante.
La brosse à dents : Paradis des germes lorsqu’elle est mal rincée, la brosse à dents accueille volontiers streptocoques, herpès, staphylocoques et virus influenza. C’est pourquoi il faut rincer soigneusement votre brosse à dents après chaque utilisation. Et surtout, ne la prêtez jamais, même à un membre de votre famille ou à votre partenaire : aucune désinfection ne peut justifier son échange. Il faut aussi éviter de la ranger dans une armoire fermée et humide, propice au développement micro-bactérien. Changez de brosse à dents tous les mois et systématiquement après une maladie infectieuse. Pensez également à désinfecter son éventuel contenant.
La poignée de main : Les mains des personnes que vous croisez dans la journée ne sont pas vraiment des objets. Elles méritent toutefois leur place dans cette liste. Il faut dire que le serrage de mains est l’un des meilleurs moyens de transmission des virus. C’est pourquoi en guise de prévention, les professionnels de santé rappellent régulièrement l’importance de se laver fréquemment les mains.