Une septuagénaire admise au Princess Margaret Orthopaedic Centre (PMOC), souffrant de problèmes d’asthme, se retrouve avec le bras gauche amputé. Une amputation rendue nécessaire suite à un cas de négligence médicale grave. Des proches de la victime, qui ont alerté la police, sont surpris d’apprendre que des enquêteurs qui se sont rendus sur place pour une vérification des faits ont été tout simplement renvoyés de l’hôpital.
Les premières indications sont qu’à son admission à l’hôpital Victoria, Candos, la septuagénaire devait suivre un traitement pour des problèmes d’asthme mais pour des raisons à être déterminées sur la base des Medical Records, elle s’est vu administrer une injection. Il semblerait qu’il y aurait eu erreur sur la personne pour cette injection avec de graves complications pour la victime.
En prenant connaissance des faits, des proches de la victime ont pris la décision de donner une déposition à la police en vue de faire la lumière sur cette affaire relevant de la négligence médicale de la part des membres du service hospitalier. Mais les enquêteurs de la police qui se sont rendus à l’hôpital pour la version de la septuagénaire y ont été interdits d’accès sur ordre formel. Les proches parents de la patiente protestent contre cette décision du PMOC.
Affaire à suivre…