L’Assemblée Générale de la Nursing Association (NA) qui se tenait hier matin au Nurses’ Centre, Beau-Bassin s’est terminé en eau de boudin. Pour cause: une des membres, en l’occurrence, la trésorière, Ramguttee Rajcoomaree a été huée et insultée par certains membres, dont le secrétaire général de l’association. Traumatisée, car ayant reçue des menaces, dont des menaces de mort, Ramguttee Rajcoomaree a fait une déposition à la police de Beau-Bassin contre le secrétaire général qu’elle accuse de harcèlement. Les membres féminins de la NAmontent au créneau pour dénoncer « cette humiliation » dont a été victime l’une de leurs pairs et comptent poursuivre le secrétaire général de la NA. Elles espèrent le soutien d’autres associations féminines pour le respect des droits des femmes.
« J’ai été humiliée dans ma dignité de femme et d’infirmière. Je suis traumatisée de ce que m’a dit le secrétaire général. La façon dont il m’a traité, en public de surcroît, est inacceptable », raconte Ramguttee Rajcoomaree. Accompagnées d’autres membres féminins de la NA, elle a porté plainte à la police de Beau-Bassin hier matin, suivant les insultes que lui aurait proféré le secrétaire général. Selon elle, c’est lorsqu’elle a pris la parole après le discours du président de la NA pour énoncer le bilan financier de la NA que les insultées ont commencé à pleuvoir sur elle. Huée, elle a néanmoins réclamé le silence, en vain. Le secrétaire de l’association l’aurait alors traité de « voleuse » entres autres. Cependant, lorsqu’elle lui aurait remis les pendules à l’heure, notamment en ce qui concerne un prêt personnel qu’elle lui aurait fait dans le cadre d’un voyage à l’étranger qu’il a effectué, le secrétaire général de la NA serait entré dans une folle colère, la traitant de tous les noms. Il l’aurait même menacé de mort.
Les collègues de Ramguttee Rajcoomaree abondent dans le même sens, s’offusquant qu’en 2014, un homme puisse encore traiter une femme de la sorte. « Pa kapav madam gagn maltriaté coum sa », disent-elles, soulignant que ce type d’attitude décourage les femmes à aller de l’avant et faire de la politique par exemple. Et de se demander « si enn infirmier couma li pe traite enn so collègue couma linn traite Ramguttee Rajcoomaree, couma li traite patients? » « Mo per astère », dit la Nursing Supervisor qui compte plus de 40 ans de service au sein du service hospitalier.
Face à cette situation, l’Assemblée Générale de la NA a pris fin en catastrophe, les membres préférant mettre une fin à toute cette agitation. Bagooaduth Kalloa, président e la NA estime pour sa part qu’il s’agit d’une histoire de jalousie et de pouvoir qui a ainsi fait réagir le secrétaire général. Selon lui « zis parski zot conné ki mo imbattable et ki zot pe envi zett laboue lor moi ek certains membres ki zot pe fer coum sa. Le but c’est déstabilise bann membres et fer croire bann fausseté. » Et de soutenir que Ramguttee Rajcoomaree est une infirmière respectable qui a toujours été présente pour soutenir le secrétaire général. « Li inconcevable manière linn traite Ramguttee Rajcoomaree. C’est inacceptable », dit-il. Dès lors, la NA, dont les élections pour le vote du président aura lieu le 2″ avril, envisage de loger une affaire en cour contre le secrétaire général, dénonçant « sa barbarie et son irrespect envers la femme. » La NA compte se tourner vers les organismes militants pour les droits de la femme. Les membres féminins de la NA sollicitent ainsi le soutien d’autres association féminine pour l’organisation d’une manifestation afin de dire « stop à la violence envers la femme ». Ce, qu’il s’agisse de violence orale ou physique. « Fam ena so dignité. Trop boucou fam pe souffer de sa kalité dimoun ki pa ena okenn respect pou la fam. Nou bizin dire stop », disent-elles.