Hier ont été inaugurés les travaux d’extension au Centre de radiothérapie de l’hôpital Victoria, Candos, événement organisé par le ministère de la Santé et le Rotary Club de Vacoas. Ce dernier a financé ces travaux qui ont coûté environ Rs 1,2 M. La ministre de la Santé, Maya Hanoomanjee, accompagnée de fonctionnaires, du président du Rotary Club de Vacoas Kailash Issur et du personnel du centre, entre autres, étaient présents.
Le docteur Beerdashan Caussy, Acting Regional Health Director de l’hôpital, a remercié le Rotary Club de Vacoas pour sa contribution. Le centre, dit-il, est unique dans le pays et s’adresse à toute la population. « Il contribue à fournir une meilleure santé pour tous ». Le Rotary Club a financé ces travaux qui ont permis au centre de profiter par exemple de nouvelles toilettes publiques et d’un plus grand hall pour accueillir les patients.
C’est avec un enthousiasme débordant que Kailash Issur a évoqué le partenariat entre le gouvernement et le club dont il est le président. « We spare no effort when partnering with authorities ». Le Rotary Club de Vacoas a obtenu les finances requises grâce aux membres anciens et actuels du club, des architectes qui ont travaillé gratuitement et quelque personnes qui préfèrent garder l’anonymat, entre autres.
« Le gouvernement encourage les partenariats de ce genre », affirme Maya Hanoomanjee, qui a salué l’initiative du club. Elle a mis l’accent sur le fait que si le gouvernement injecte Rs 7,4 milliards dans le ministère de la Santé, un chiffre qui « ne cesse d’augmenter d’année en année », ce montant n’est « pas suffisant ».
« Nous dépendons de l’argent des “service organisations” et des clubs. Nous bénéficiions auparavant de la Corporate Social Responsibility mais maintenant il y a un problème et les entreprises ne veulent plus contribuer ».
Le département de radiothérapie, dit-elle, est « sensible », puisque les patients sont « very ill and deserve to be treated with much caution ».
Selon la ministre, tout le monde vient à l’hôpital Victoria pour les traitements de radiothérapie et il y a un « dire need » d’améliorer les services offerts.
« There have been several accusations levelled against us saying that we have not been up to standard. Yet we have the strong political will to provide this service ! » soutient-elle.
Maya Hanoomanjee a élaboré sur tout ce qu’a fait le ministère pour que l’extension des travaux soit effectuée. « Il fallait approuver le nouveau bâtiment du Radiotherapy Department, discuter de la decentralisation des services… ce n’était pas facile ».
Un des problèmes majeurs de l’hôpital est l’équipement. Le cancer figure parmi les top diseases du pays. Quelque 1 500 nouveaux cas sont enregistrés par an, mais les équipements dont ont besoin les patients sont obsolètes.
Maya Hanoomanjee évoque notamment le cas du linear accelerator : « This is essential for the treatment of cancer. It was a donation given to us in 1995. Its lifespan is over, but the hospital is still using it. It suffers from breakdowns that can last up to several months. » Elle lance un appel aux “service organisations” pour leur aide financière afin qu’elles puissent fournir un nouvel appareil. Le linear accelerator était estimé à environ Rs 50 M en 1995, à l’époque où il a été remis à l’hôpital.
« Le gouvernement a ses engagements mais il y a une limite où il peut stretch its capabilities. If the rotary can find additional donors… », conclut la ministre en souriant.