Ennemi juré des nuits paisibles, tue-l’amour et même menace pour la paix des ménages, les ronflements peuvent entraîner des désagréments importants et avoir un impact sur la qualité du sommeil, y compris celui des ronfleurs. Pas facile effectivement de dormir à côté de quelqu’un qui émet des « ronrons » à réveiller les morts – les plus puissants ronflements atteignent les 90 décibels, ce qui correspond au bruit émis par une… moto! Certaines victimes se résignent, d’autres se révoltent, d’autres encore mettent les voiles. Cependant, ronfler n’est pas une fatalité. En dehors des couples qui s’accommodent des ronflements de leur partenaire, il existe des solutions qui aident à traiter cette pollution sonore. Le point sur ce bruit perturbant qui dérange le sommeil de tous.
On estime qu’environ 50% de la population adulte ronfle, soit, un adulte sur 2. Ce sont davantage les hommes qui produisent ces nuisances sonores. « Ce, parce que ces derniers, ont plutôt une obésité dite « tronculaire » avec des dépôts de graisse sur l’abdomen et au niveau du cou alors que les femmes ont tendance à accumuler les tissus adipeux au niveau des hanches », expliquent les professionnels de Santé. Cependant, après la ménopause, cette différence entre les deux sexes s’estompe. Et avec l’âge et le relâchement tissulaire, les rangs des ronfleurs et ronfleuses s’étoffent.
Pourquoi ronfle-t-on?
Le ronflement est dû à un rétrécissement des voies aériennes supérieures, à l’arrière de la gorge, ce qui crée un flux d’air turbulent qui fait vibrer les tissus mous de cette région, plus particulièrement le voile du palais. L’anatomie n’est toutefois pas l’unique cause, puisque d’autres facteurs – surpoids, alcool, cigarette… – sont également susceptibles de provoquer ou d’accentuer le « ronron ». A la longue, franchement exaspérant, le ronflement, qui concerne aussi bien les hommes que les femmes, et se déclenche généralement la nuit, lorsque les muscles sont relâchés, dégrade la qualité du sommeil du conjoint mais aussi celle du ronfleur lui même. Un ronfleur moyen produit en effet autant de son qu’une voiture (50-60 décibels), indiquent les recherches. Le ronflement peut aussi prédisposer à d’éventuels problèmes cardiaques, notamment s’il est associé à des épisodes d’apnée du sommeil. La vigilance s’impose donc.
Mais il faut aussi savoir qu’il n’y a pas un ronflement mais des ronflements. Le premier est d’origine nasale. Le nez est bouché, la cloison déviée… On finit par inspirer par la bouche. Dans ce cas-là, il est recommandé d’aller voir l’ORL. Mais ce ronflement ne concerne que 10% des personnes, selon les médecins. Les autres 90% ont un ronflement qui vient de la bouche et plus particulièrement de la base de la langue. Ils inspirent par le nez mais on du mal à respirer. Et les conjoints, les premiers à remarquer le ronflement, notent des pauses respiratoires : le ronfleur arrête de respirer. C’est signe d’apnée du sommeil. Le sommeil du ronfleur est lui aussi perturbé, parce que cela induit un manque d’oxygénation du cerveau. Le lendemain, on se réveille avec un mal au crâne, la tête dans le gaz et dans la journée, on a des coups de pompe.
Que faire?
En général, le ronflement est bénin et n’a aucune incidence sur la santé. Il faut tout de même s’inquiéter si l’on somnole parfois durant la journée, surtout, si des arrêts de la respiration sont remarqués par l’entourage. Il est alors important d’en parler à son médecin parce qu’il pourrait s’agir d’apnées du sommeil. Par ailleurs, pour lutter contre cette pollution sonore, il est possible d’agir en amont via déjà des mesures préventives. Nos conseils pour éviter de ronfler :
Attention à l’hygiène de vie
Pour lutter contre le ronflement, il est important tout d’abord surveiller votre hygiène de vie. Pour éviter de ronfler, pensez notamment à : dîner léger. Les repas trop riches en calories et en graisses aggravent en effet le ronflement car un estomac trop garni peut comprimer le diaphragme et perturber ainsi le passage de l’air dans les voies aériennes.
Même chose pour l’excès d’alcool. Pour éviter de friser les 90 décibels, limitez fortement votre consommation d’alcool en soirée. Ce qui ne signifie pas que vous êtes autorisé à en boire en pleine journée. Un verre de vin pendant le repas, mais pas plus donc. Alcool et tranquillisants sont déconseillés avant le coucher car ils entraînent un relâchement des tissus mous de la gorge — la luette ou le voile du palais — qui vibrent plus facilement au passage de l’air. D’où le bruit.
Arrêtez de fumer, car fumer irrite la gorge et peut être responsable de ronflement ou aggraver le ronflement. Voilà, encore une bonne raison d’arrêter. Si ce n’est pas envisageable, évitez au moins de fumer votre paquet avant de vous coucher.
Gardez un poids de forme. Le ronflement est plus important chez les personnes en surpoids ; l’air passe plus facilement dans la gorge quand on n’est pas en surpoids.
D’autres solutions naturelles
Une bonne hygiène de vie ne suffit pas toujours pour venir à bout du ronflement. Voici donc quelques solutions naturelles qui vous aideront à vous débarrasser du problème:
Un air trop sec peut favoriser le ronflement. Pensez donc à humidifier celui de votre chambre. Un humidificateur ou une simple coupelle remplie d’eau dans la pièce suffisent.
Utilisez des gouttes nasales pour réhydrater le pharynx. Au moment du coucher, pulvérisez par exemple de l’eau de mer purifiée dans la gorge et le nez ;
N’hésitez pas à utiliser des bouchons d’oreilles. Si cette astuce ne changera rien pour votre conjoint, cela vous permettra de mieux dormir et d’être moins fatigué au réveil.
Adaptez votre literie?. Optez pour un oreiller ferme. Un trop mou ne maintient pas assez la tête et le cou et est susceptible de causer un relâchement des muscles et le rétrécissement du passage de l’air. A condition, bien sûr de ne pas dormir sur le dos. Dans cette posture, la langue est ramenée vers l’arrière du palais, ce qui obstrue encore le passage. Si vous n’arrivez pas à dormir sur le ventre, essayez de le faire sur le côté, même si cela ne résout pas tout.
Enfin, soignez rapidement vos rhumes et autres troubles ORL qui aggravent les ronflements.
Malgré toutes ces solutions, vous n’arrivez toujours pas à résoudre vos problèmes de ronflement ? Sachez que dans certains cas la chirurgie peut s’avérer nécessaire. N’hésitez pas à consulter votre médecin généraliste.