La Government Services Employees Association (GSEA) est en froid avec l’administration des sapeurs-pompiers suite à sa décision de réduire le “time-off” accordé pour les activités syndicales. En effet, la Mauritius Fire and Rescue Services (MFRS) a fait comprendre que le délégué syndical des sapeurs-pompiers, Ashraf Buxoo, n’obtiendra qu’un maximum de huit heures de “time off” mensuels suite aux requêtes faites contrairement à ce qui se faisait jusqu’ici. Ce bras de fer entre les deux parties a été porté devant la Commission de Conciliation et de Médiation (CCM) et le ministère de la Fonction publique.
Ce désaccord au niveau du “time-off” du délégué syndical Ashraf Buxoo a éclaté fin 2014, une missive de l’administration des sapeurs-pompiers lui indiquant qu’« in the future, (he) will be granted a maximum of eight hours time off monthly, on request subject to exigencies for trade union activities ». La GSEA, représentant les intérêts des sapeurs-pompiers et dans laquelle Ashraf Buxoo est l’assistant trésorier, était montée au créneau pour dénoncer ce qu’elle considère être « une violation des droits syndicaux ». Mais le corps syndical devait porter l’affaire plus loin en sollicitant l’intervention de la Commission de Conciliation et de Médiation (CCM) ainsi que le ministère de la Fonction publique.
Dans une lettre adressée à la CCM, la GSEA avance que cette nouvelle position de la MFRS entravait les dispositions légales en vigueur sous l’Employment Relations Act (ERA). « Such measure is in contravention with the provisions of ERA 2008 on time off facilities granted to trade union officials. Such measure is a direct attack on trade union rights and will prevent M. Buxoo from participating in trade union activities and fuctions and carrying out his trade union duties… », écrivent les signataires. La GSEA affirme même que l’administration des sapeurs-pompiers « fails to appreciate » que le syndicat est d’importance capitale, que ce soit pour l’employeur ou l’employé. « Social dialogue and consultations with the unions form part of the democratic processes in the management of institutions », poursuit la GSEA.
À la fin de cette lettre à la CCM, les syndicalistes expliquent que compte tenu de la position occupée par Ashraf Buxoo, « he should be considered as part of the administration and management of the au sein de la MFRS as well as someone having stakes in other ministries/departments ».