La 13e session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel se tient actuellement à Maurice, à partir de ce lundi 26 novembre jusqu’au samedi 1er décembre, au Swami Vivekananda International Convention Centre (SVICC).

L’invité d’honneur, Audrey Azoulay, directrice général de l’Unesco, a affirmé lors de la cérémonie d’ouverture d’hier, dimanche 25 novembre, au Maritim Resort & Spa, que le patrimoine culturel rassemble les populations par delà les frontières politiques. « Il est crucial de sensibiliser les jeunes générations à leur patrimoine culturel », a-t-elle déclaré.

Ainsi, durant ces six jours, les 24 États membres du Comité, élus par l’Assemblée générale de la Convention de 2003, débattront d’un certain nombre de questions importantes pour la sauvegarde du patrimoine vivant dans le monde.

Communauté.

En outre, le Comité examinera la réforme du mécanisme des rapports périodiques, discutera plus en détails du rôle des ONG accréditées, réfléchira au suivi des questions relatives aux éléments déjà inscrits, et poursuivra ses délibérations sur le rôle complexe que jouent les communautés dans la sauvegarde de leur patrimoine vivant en danger dans les situations d’urgence.

Selon la directrice général de l’Unesco, les Etats frontaliers partagent souvent une histoire commune, des traditions anciennes qui se nourrissent des mêmes croyances, des mêmes cosmologies, des pratiques culturelles qui se sont forgées dans un même rapport à l’environnement naturel.

« S’ils apprennent à le connaître, se sentent impliquées dans sa préservation et sa transmission, les jeunes seront plus respectueux non seulement de leur propre patrimoine, mais de tous les patrimoines de l’humanité. S’ils trouvent leur place dans la chaîne des générations, ils posséderont les ressources nécessaires pour résister aux discours extrémistes », a affirmé Audrey Azoulay.

Également présent à l’évènement, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a soutenu qu’il est grand temps « qu’à travers notre diversité culturelle, nous puissions concevoir un cadre de développement humain, mettant l’accent sur l’amélioration de la qualité de vie. »

« Nous devons être fiers de nos racines, de notre histoire et de notre patrimoine, que nous devons préserver », avance le Premier ministre.

Quelque 800 membres de 127 pays sont présents à cette 13e session du Comité intergouvernemental.