Les profits après impôt du Groupe SBM Bank (Mauritius) Ltd pour les neuf mois se terminant au 30 septembre 2014 se sont élevés à un peu plus de Rs 2,3 milliards par rapport à Rs 2,2 milliards pour la période correspondante de 2013, soit une croissance d’environ 8,6 %. Approuvés hier par le conseil d’administration, les résultats des trois premiers trimestres de l’exercice financier 2014 indiquent que les bénéfices par action ont atteint 9,09 sous comparativement à 8,36 sous pour la même période de 2013, avant l’exercice de restructuration.
La performance améliorée du groupe de janvier à septembre 2014 est attribuée principalement à une hausse des revenus hors-intérêts. Selon les résultats intérimaires, les revenus sous forme d’intérêts ont augmenté de Rs 149 millions pour atteindre Rs 4,8 milliards en comparaison à + Rs180 millions pour la même période en 2013. Cette situation, indique la direction de la SBM, s’explique par une demande de crédit plus faible, des rendements en baisse sur les crédits ainsi que sur les titres émis par le gouvernement. Un montant significatif de Rs 11,4 milliards a été investi dans les bons du trésor sur la période en question, ce qui constitue une augmentation de plus de 41 %. Ces investissements ont été faits à des taux de rendement comparativement plus faibles.
La direction de la SBM fait remarquer que les dépenses en intérêts ont augmenté de Rs 101 millions alors que pour la période correspondante de 2013, elles avaient baissé de Rs 171 millions. Cette situation est attribuable à une hausse des emprunts contractés durant l’année sous forme de « Tier 2 capital ». Le conseil d’administration souligne que la marge nette d’intérêt du groupe sur la valeur moyenne des actifs est tombée à 3,63 % contre 3,85 % réalisés pendant la période correspondante en 2013.
Pour ce qui est des revenus hors intérêts, le montant s’est élevé à Rs 1,4 milliard par rapport à Rs 1,1 milliard pour les neuf premiers mois de l’année dernière. Cette hausse est due principalement aux bénéfices réalisés sur la cession de certains actifs et les activités de trading. Parallèment, on a noté que que les revenus sous forme de frais et commissions ont baissé de même que les revenus sur les opérations en devises. Quant aux dépenses hors-intérêt, une progression de 9 % à Rs 1,5 milliard a été constatée en raison surtout dépenses liées à la transformation du business et à la plateforme technologique. Cependant, la direction de la SBM se réjouit que le ratio coûts-revenus s’est légèrement amélioré, s’établissant à 34,1 % contre 34,2 % en 2013.
Le capital consolidé du groupe a crû de plus de Rs 3,252 milliards (+ 16 %) alors que les fonds propres de la banque ont augmenté de Rs 1, 1 milliard contre Rs 16, 5 milliards à fin septembre 2014. Selon les provisions de Bâle III, le ratio d’adéquation du capital se situait à 25,7 % au 30 septembre dernier, un niveau jugé confortable par la direction du groupe vu qu’il est bien au-dessus du minimum règlementaire de 12,5 %.
La SBM rapporte que les crédits bruts du groupe ont baissé de Rs 3,5 milliards en neuf mois pour s’établir à Rs 66,6 milliards à fin septembre 2014. Sur la même période, les dépôts ont augmenté de Rs 1,8 milliard pour atteindre Rs 84,8 milliards. Les créances douteuses se sont accrues durant la période. Le ratio des créances douteuses aux créances nettes se situait à 1,26 % à la fin du troisième trimestre.
Par ailleurs, évoquant les perspectives, la SBM observe que l’économie mondiale connait une légère amélioration même si la reprise s’avère laborieuse et que des risques d’un renversement de situation sont toujours présents. L’économie mauricienne, estime-t-on, semble se diriger vers une croissance modeste, avec un niveau d’activités économiques plus faible que prévu et, surtout, un niveau d’investissement peu réconfortant. Concernant l’environnement opérationnel, le groupe affirme que les possibilités de faible croissance de la demande de crédit demeurent alors que la situation persistante concernant l’excès de liquidités sur le marché continue de peser sur les marges.
« La SBM demeure prudente dans son approche, en particulier en ce qui concerne la gestion des risques et reste focalisée sur la poursuite de ses initiatives de transformation technologique. La SBM maintient ses initiatives stratégiques de diversification de ses sources de revenus et de maîtrise de ses coûts », ajoute la direction.