76 bourses ont été allouées à des étudiants nécessiteux de l’éducation tertiaire sous le SBM Scholarship Scheme. C’était hier au Mauritius Institute of Training and Development, où les boursiers poursuivent leurs études, notamment dans le domaine de la formation professionnelle et technique. 14 bourses concernent des études Post Secondary Diplomas et les 62 autres couvrent les frais d’examens pour les niveaux NC3/NC4 et NC5.
Le but indiqué de l’allocation de ces bourses par la State Bank of Mauritius (SBM) est de démocratiser l’accès à l’éducation et d’améliorer l’avenir de ceux ayant le potentiel de réussir mais n’ayant pas les moyens financiers pour poursuivre leurs études. Le CEO de la SBM, Gautam Vir, devait soutenir à la cérémonie de remise des bourses qu’« il est un fait que l’éducation et la formation sont les moyens les plus sûrs pour gravir les échelons de la société mais aussi pour briser le cercle vicieux de la pauvreté ».
Le secteur de la Technical Vocational Education Training (TVET), selon Gautam Vir, joue un rôle prépondérant dans l’économie du pays, « mais ne trouve malheureusement pas l’importance qu’on devrait lui accorder en comparaison au secteur tertiaire ». Le CEO de la SBM s’est dit confiant que le Mauritius Institute of Training and Development (MITD) contribue à développer le secteur de la TVET par le biais de ses 15 centres de formation offrant plus de soixante cours à quelque 3 000 étudiants annuellement.
Le CEO de la SBM a rappelé que l’allocation de ces bourses découle d’un Memorandum of Understanding (MoU) signé entre la SBM et le MITD en septembre pour aider les étudiants brillants issus de familles nécessiteuses.
Le chairman du SBM Education Fund, André Lam, a pour sa part indiqué qu’en deux ans, la SBM a alloué quelque 150 bourses à des étudiants dans des situations similaires, dont neuf à Rodrigues. Sept autres bourses seront bientôt accordées à des étudiants rodriguais qui poursuivront leurs études au MITD, à Maurice. Un des critères d’éligibilité au SBM Scholarship Scheme est le revenu familial ne dépassant pas Rs 15 000 par mois.
Le MITD est issue de la fusion en 2009 de l’IVTB et de la Technical School Management Trust Fund. Il accueille des étudiants de profils divers – diplômés, finissants et déscolarisés. Ils sont parfois des employés d’industrie, licenciés, chômeurs, formateurs.
Le ministre de l’Éducation, le Dr Vasant Bunwaree a exprimé son appréciation de « cette initiative louable », qui démontre, dit-il, le partenariat entre le secteur privé et public pour la promotion de l’accès à l’éducation pour les moins privilégiés de la société. Le gouvernement, a-t-il ajouté, mise beaucoup sur le Corporate Social Responsibility (CSR) des institutions en vue de combattre la pauvreté sous toutes ses formes. Le meilleur outil dans cette lutte, selon le ministre, demeure l’éducation et la formation.
Le directeur du MITD, Roland Dubois estime qu’il ne suffit pas uniquement de savoir lire et écrire mais que les jeunes ont également besoin de compétences acquises au moyen de formation pour gagner durablement leur vie. Le recrutement de plus d’étudiants au MITD est par ailleurs, dit-il, un moyen d’éviter le problème de la pénurie de main-d’oeuvre qualifiée sur le marché de l’emploi.