Le MES boucle actuellement une enquête sur un cas de fraude survenu l’an dernier impliquant des personnes-ressources engagées dans l’organisation des examens “O” level/SC. Pendant la correction au niveau local pour le questionnaire de Hindi et de Litterature in Hindi, des markers ont remarqué une écriture différente de celle de candidats sur une quinzaine de scripts et ont alerté immédiatement les responsables du MES. L’ancien directeur du MES, Lucien Finette, a confirmé au Mauricien qu’il y avait « un problème » concernant ces deux matières et qu’il a soumis un rapport détaillé à Cambridge en décembre, avec copie au ministre de l’Éducation. La nouvelle directrice a confié l’affaire à un comité d’enquête et donne l’assurance au public que « dans un souci de transparence » le MES communiquera les conclusions de ce comité.
Cette affaire a commencé à s’ébruiter dans les milieux du secondaire d’État depuis un mois, soit avec la nouvelle saison d’examens de SC/HSC, lorsque des profs engagés par le MES comme personnes-ressources dans l’organisation de ces examens ont remarqué l’absence de certains collègues qui sont des habitués comme eux.
Il est bon de savoir que les Asian Languages font partie de ce groupe de matières au niveau du “O” level/SC qui sont préparées et corrigées à Maurice. Selon nos informations, des correcteurs, pendant la correction du syllabus Hindi au début de décembre 2014, ont remarqué deux écritures différentes sur plusieurs scripts. La même écriture différente de celle des candidats se répétait sur onze scripts. Il s’agissait d’éléments additionnels aux réponses initiales données par les candidats. Alertés par les observations de ces markers, les officiers de la haute administration du MES initièrent une enquête. Selon nos informations, ces cas de tampering concernaient les scripts des candidats d’un collège d’État situé dans la Zone 2. Par , le MES a étendu son enquête à l’examen du syllabus Litterature in Hindi, car il s’agissait d’une matière à laquelle était associé un des responsables de ce centre d’examen de la Zone 2. Là encore, le MES a découvert un cas de fraude sur quatre scripts et que la nature de cette fraude serait de plus grande envergure. Dans un des quatre scripts concernés, la réponse entière à une question aurait été réécrite. Sur la base de leur découverte, le MES a informé immédiatement Cambridge de la situation avec l’envoi d’un rapport à l’examinateur anglais et le ministère de l’Education informé également à la même époque de ce problème grave.
Interrogé hier après-midi par Le Mauricien sur cette affaire, Lucien Finette, l’ancien directeur qui était encore en poste à l’époque, a confirmé qu’il « y a eu un problème » concernant ces deux matières. Il affirme avoir alerté Cambridge dès la découverte de la fraude et avoir mis en place un comité d’investigation. Il ajoute aussi qu’un rapport complet a été envoyé à Cambridge, dans lequel ont été inclus les scripts ciblés par la fraude ainsi que l’ensemble des copies des candidats ayant pris part à ces deux matières. Il donne l’assurance que seuls les réponses écrites par les candidats ont été prises en considération pour la correction. « Il n’y a pas eu de cas de favoritisme. J’ai fait le suivi jusqu’à mon départ du MES le 7 janvier. J’ai envoyé aussi un rapport au nouveau ministre de l’Éducation que je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer à ce sujet malgré mes nombreuses demandes », déclare au Mauricien M. Finette.
Brenda Thanacoody-Soborun, la nouvelle directrice du MES, qui est entrée en fonction au mois d’avril, a nommé un comité d’enquête et cette instance a commencé son travail en juillet dernier. Ce comité est composé des cadres du MES et des officiers du ministère de l’Éducation et d’une autre institution sous la tutelle de ce ministère. « Ce comité mène toujours son enquête et examine en détail tous les faits qui lui ont été rapportés et tous les documents qui lui ont été remis. À la lumière des conclusions de ce comité, le MES agira », affirme Brenda Thanacoody-Soborun. La direction de cet organisme donne l’assurance au public que dans « un souci de transparence », le MES rendra public les findings de ce comité.
Entre-temps les cinq personnes-ressources qui ont travaillé dans ce centre d’examen ont été écartées de tous les examens mais également de toutes les activités et événements organisés par le MES.
La direction du MES affirme aussi avoir pris des nouvelles mesures pour renforcer la sécurité et l’intégrité des examens de “O” Level/ “A” Level, lesquelles ont été communiquées à Cambridge au mois de mai dernier. L’organisme anglais y a donné son aval et a fait des suggestions additionnelles dans cette direction.
À la suite de ce problème, le MES accélère le processus de E-marking et a décidé d’introduire ce nouveau système dès cette année en commençant par le Hindi. Les examinateurs de Cambridge arrivent Bientôt à Maurice pour la mise en pratique du nouveau système et seront présents pendant l’exercice.