L’affaire MedPoint n’est que le sommet de l’Iceberg. D’autres scandales seront prochainement mis au grand jour, selon le MSM, qui tenait une conférence de presse, hier, au Sun Trust. En avant-goût, le leader du MSM, Pravind Jugnauth dévoile un énième scandale de hedging à la State Trading Corporation (STC). Une affaire qui remonte à 2008, sous le ministre Rajesh Jeetah, alors à la tête du Commerce, qui aurait, selon le MSM, approuvé une transaction de hedging avec les firmes Morgan Stanley et Mitsui & Co., en un jour, sans l’aval du Conseil des ministres et sans l’approbation du State Law Office (SLO). Réclamant qu' »une enquête, présidée par un juge de la Cour suprême soit initiée pour que ces criminels qui ont fait perdre plus de Rs 5,4 milliards au pays en un jour soient punis », le MSM souhaite également que le gouvernement revoie à la baisse le prix du pétrole, pour refléter le prix sur le marché mondial.
Pravind Jugnauth est revenu longuement sur les événements du 22 juillet 2008 relatifs à une transaction de hedging effectuée par le ministère du Commerce sous Rajesh Jeetah. Selon le leader du MSM, après sa rencontre avec les courtiers de Morgan Stanley et Mitsui & Co., le ministre aurait donné son accord verbal à son secrétaire Permanent, M. Hosseny et au directeur de la STC à l’époque, Ranjitsing Somarooah, pour une signature de contrat avec ces firmes étrangères. « Une transaction qui s’est déroulée en un jour, engageant la STC à payer un hedging price de 147U$ le baril de pétrole, alors qu’au moment de la signature de ce contrat, le prix du baril était de 127.14U$ », fait ressortir le leader du MSM. Il soutient également qu’au vu de la rapidité avec laquelle s’est déroulée cette transaction, le draft préparé par Rajesh Jeetah à l’intention de ses collègues ministres pour les informer de ce contrat et également les tenir au courant « paradoxalement d’une tendance à la hausse du prix du pétrole », ce draft n’aurait jamais été circulé au Conseil des ministres. Pravind Jugnauth dénonce, par ailleurs, que « ce n’est que le lendemain, soit le 23 juillet 2008, alors que la transaction avait déjà été conclue, que le board de la STC a donné un covering approval ».