Rajesh Jeetah, qui détenait le portefeuille de la Santé au moment de la décision du gouvernement de mettre à exécution le projet d’hôpital gériatrique, a été entendu pendant un peu plus de quatre heures mardi par les enquêteurs de l’Independent Commission against Corruption (ICAC). À sa sortie des locaux de l’ICAC, vers 17 h, il n’a pas souhaité entrer dans les détails de la teneur de sa déposition. Il a cependant nié en bloc toute implication dans cette affaire.
« Vous vous souviendrez que j’ai dit depuis le début qu’il fallait laisser l’ICAC faire son enquête. Je ne peux vous dire quelle est la teneur de ma déposition, car il s’agit d’une affaire institutionnelle. J’ai fait comprendre, à l’époque, qui était ministre, qui a fait quoi. Je n’ai ni acheté, ni vendu, ni écrit de lettre quelconque commençant par “Dear Pravind”, ou encore fais état de Rs 150 millions, lettre qui a été dévoilée par M. Paul Bérenger », a déclaré Rajesh Jeetah.
Répondant à des questions de la presse, le ministre a fait ressortir qu’il avait dit tout ce qu’il avait à dire à l’ICAC et qu’il fallait laisser cette institution faire son travail comme il se doit. « Monn dir seki mo ena pou mo dir ». Il a conclu sa brève déclaration de presse en ajoutant que « kan ou plant ziromon, zame ou pa pou gayn kalbass ».
Le ministre, qui n’avait pas retenu les services d’un homme de loi, est arrivé à l’ICAC vers 12 h 30 pour son audition. Des recoupements d’informations indiquent qu’il a dressé une chronologie des procédures initiées avec la décision entérinée par le conseil des ministres le 30 mars 2010 sur le projet de National Geriatric Hospital.
Toujours dans le cadre de l’enquête sur le scandale du siècle, le secrétaire permanent suppléant au ministère de la Santé, Om Kumar Dabidin, un des six premiers inculpés avec l’ex-ministre de la Santé Maya Hanoomanjee, poursuit l’exercice de Further Statement dans l’affaire MedPoint.
Mardi matin, ce haut fonctionnaire, considéré comme très proche de Maya Hanoomanjee, a été entendu en présence de son homme de loi, Me Gavin Glover, pendant au moins quatre heures. Om Kumar Dabidin est confronté aux éléments de la Voluntary Written Statement de l’ex-ministre de la Santé en attendant le retour de celle-ci à l’ICAC pour un dernier round aussi bien que la conclusion du volet de l’enquête consacré au ministère des Finances.