Le Mouvement Socialiste Mauricien (MSM) se dit « choqué » et revient sur le scandale qui ébranle actuellement le milieu médical et l’Enseignement Supérieur avec l’affaire du D.Y Patil. Le secrétaire général du parti, Nando Bodha, qui intervenait lors d’une conférence de presse, hier à la mi-journée, a passé en revue la situation et s’interroge sur plusieurs points jusqu’ici demeurés sans réponse.
D’abord, le secrétaire général se demande quel a été le rôle joué par la ministre de la Sécurité Sociale, Sheila Bappoo, depuis le tout début de cette affaire. Ce qu’il faut comprendre, dit-il, c’est qu’il y a plusieurs groupes d’étudiants, dont le premier en concerne 25, qui attendent d’être reconnus par le Medical Council (MC) de Maurice. Le deuxième groupe comprend les deux médecins-étudiants indiens (qui ont dénoncé l’omerta) déjà reconnus par le MC de l’Inde mais qui devaient être enregistrés auprès du MC de Maurice après avoir pris part à l’examen qui se fait deux fois par an. « Or, ces deux médecins ont pratiqué à l’hôpital J. Nehru à Rose-Belle en toute illégalité. C’est lorsqu’ils ont compris qu’ils n’étaient pas reconnus à Maurice et ne le seront pas en Inde que l’affaire a éclaté », explique Nando Bodha. S’appuyant sur les propos du directeur exécutif, Raj Bappoo à l’effet que ce dernier attendait une exemption de l’examen et une réponse auprès de son épouse qui en a parlé à un ministre, Nando Bodha se demande : « Who is that minister? Rajesh Jeetah or Lormus Bundhoo? Et quel est le rôle de la ministre Sheila Bappoo? » Et de poursuivre: « Combien de fois la ministre Bappoo s’est-elle rendue au Maharashtra en Inde? Est-elle derrière toute cette affaire? »
S’agissant toujours des propos de Raj Bappoo à l’effet qu’il a dû « keep happy » le directeur de l’hôpital de Rose-Belle pour le « clinical test », le secretaire-général du MSM se demande s’il n’y a pas eu corruption. « Kuma ski bann etudiants-là finn kapav pratiquer dans lopital Rose-Belle? Ki role ministère la Santé inn zoué ladan? How do you keep the director happy », ironise-t-il.
Autre point d’interrogation: le bâtiment abritant le D.Y Patil Medical College. « Mme Bappoo ski ti conscient ki so ministère ki fer enn bail a enn lekol ki gerer par so mari? Ski finn ena tender pou allouer batiman? Ki bann procedire inn suiv pu allouer tender? A kel moman Mme Bappoo inn conscient ki tou sala ti pe gerer par so mari? » Et d’ajouter: « Ti ena rénovation batiman-la. Meme kestions ki posé: ski fine ena tender pou renovation? Ki bann procedire kine suiv? Ki role Jeetah ek Bappoo inn zoué? Zordi Jeetah pe vine cause le passé. »
« D.Y Patil inn blacklisted en Inde ek zordi dan Moris pe fer postgraduate course. Awarding body se UTM. Ki competence UTM ena? Li pena oken faculté medecine. Kuma li kav garanti ki diplome ki pe assign-la pe garanti ki li of international standard? UTM is only a letter head », insiste-t-il.
Dans le cas du SSR Medical à Belle-Rive, le diplôme est octroyé par l’Université de Maurice qui a une faculté de médecine. D’ailleurs, soutient Nando Bodha, les « clinical tests » faits à l’hôpital Nehru ne devraient pas se faire car ce n’est pas un hôpital universitaire.
Pour le MSM, toute cette saga se résume par plusieurs manquements et fautes relevés à divers niveaux: Enseignement Supérieur, Santé et Qualité de la Vie et, enfin, Sécurité Sociale. Pour Nando Bodha, les trois ministres doivent démissionner. Mais le plus grand coupable reste le Premier ministre, Navin Ramgoolam, le chef du gouvernement. D’ailleurs, fort d’un article de Wikipedia, mention est faite que le Pm a été fait Docteur en Science (Honoris Causa) par la Padmashree Dr D. Y. Patil University, Mumbai, en février 2009. « Sous le régime du PTr, nek fer bisiness ek cover-up. Seki denonser, vine bann akiser », fulmine-t-il.
Dans un autre volet de sa conférence de presse, le secrétaire général du MSM a commenté l’affaire Sik Yuen après sa convocation à l’Equal Opportunities Commission (EOC). « Aucune crédibilité. Tout n’a été que farce. Si Brian Glover veut faire de la politique, qu’il le fasse et qu’il ne se cache pas derrière une Commission aussi sensible que l’EOC », soutient-il.
Commentant le retrait de la plainte de la femme d’affaires Nandanee Soornack, Nando Bodha se demande si cette dernière n’a pas battu en retraite pour éviter que des « vérités n’éclatent en Cour. »
Finalement, le secrétaire général du MSM a laissé éclater son inquiétude quant au niveau d’endettement à Maurice qui s’élève à Rs 220 milliards contre Rs 37 milliards en décembre 1995.