Sur l’échiquier politique, les prochaines 24 heures s’annoncent sous haute tension avec le retour du Premier ministre Navin Ramgoolam d’une visite officielle au Botswana et la première rencontre au Caudan entre les leaders du MMM et du MSM, Paul Bérenger et Pravind Jugnauth au sujet de la réforme électorale. Sont aussi programmés au QG de l’Independent Commission Against Corruption deux jours d’interrogatoire « under warning » de l’ancienne ministre de la Santé Maya Hanoomanjee dans une tentative de conclure ce volet de l’enquête sur le « scandale du siècle » avec le rachat de la clinique MedPoint au coût de Rs 144,7 millions. Un autre aspect extrêmement délicat de cette affaire, l’audition de Zouberr Joomaye, l’intermédiaire entre le leader de l’opposition et l’ex-ministre de l’Industrie Showkutally Soodhun, devra être abordé dans les prochains jours.
Avec le MMM prenant les initiatives sur le terrain, le retour du Premier ministre au pays cet après-midi devra voir le gouvernement enclencher des manoeuvres que ce soit sur le plan politique ou pour compléter l’exercice de remaniement avec le départ du MSM. Comme l’a déclaré Navin Ramgoolam dimanche au Mahatma Gandhi Institute (MGI), l’une des priorités devrait être le choix de deux autres ministres pour boucler la répartition des responsabilités ministérielles et trois autres Parliamentary Private Secretaries (PPS) avec la démission de Mireille Martin, Mahen Jhugroo et Pratibha Bholah.
Pour cet exercice, les parlementaires femmes au sein de l’étroite majorité gouvernementale devront avoir la faveur du chef afin de combler le « gender deficit », qui se fait sentir. Parmi les favorites, l’on devrait retrouver Stéphanie Anquetil, Kalyanee Juggoo ou Nita Deerpalsing alors que Balkissoon Hookoom, Dhiraj Khamajeet et Christian Leopold du Mouvement Rodriguais compte tenu de la configuration politique pourraient être de la partie si le leader du Labour trouve que le temps pour convaincre des MSM à rejoindre son camp est révolu.
Le Premier ministre devra également se pencher sur une nouvelle vague de nominations que ce soit sur le plan diplomatique ou à la tête de différents corps para-étatiques comme la Banque de Développement, l’Employees Welfare Fund en attendant de voir plus clair quant aux agissements de Prakash Maunthroah, qui n’a pas encore soumis sa démission du Board of Investment (BoI) après le départ du MSM de l’Alliance de l’Avenir.
Néanmoins, les observateurs politiques s’attendent à prendre connaissance du « move » du leader du Parti travailliste (Ptr) dans les débats portant sur la réforme électorale ou plus général de la deuxième république de Maurice, comme évoqué dans le programme électoral de la défunte alliance Ptr-MSM -PMSD. En son absence, il est considéré prématuré de s’aventurer pour affirmer si Navin Ramgoolam se joindra à la mouvance des consultations politiques.
Des recoupements d’information effectués par Le Mauricien de sources bien informées, le père Jocelyn Grégoire de la Fédération Créoles mauriciens (FCM) pourrait être reçu en tête-à-tête par Navin Ramgoolam au Prime Minister’s Office demain vers 15 heures. Cette rencontre aurait été sollicitée par l’hôtel du gouvernement dans la conjoncture pour passer en revue la situation politique après la cassure de l’Alliance de l’Avenir.
Des tentatives pour entrer en contact avec le père Grégoire en vue de confirmer ce développement ont été vaines. Le « singing priest » est actuellement pris dans un séminaire avec des universitaires étrangers se trouvant à Maurice. Mais des milieux proches affirment qu’il aurait déjà rencontré le leader de l’opposition en fin de semaine dernière pour une analyse politique approfondie avec la crise secouant le gouvernement. L’on se garde toutefois à l’hôtel du gouvernement de confirmer ou d’infirmer cette information.
Entre-temps, un autre moment de tension devra être la rencontre hebdomadaire ehrre le président de la république, sir Anerood Jugnauth, et le Premier ministre demain à la State House. Une première indication de l’état des relations entre les deux personnalités au sommet de l’Etat a été des plus visibles lors de la cérémonie de prestation de serment des nouveaux ministres dimanche. L’agenda de la rencontre de demain sera consacré aux dossiers du conseil des ministres de vendredi.
Dans cette éventualité, deux pôles d’attraction politique sont à prévoir demain à 15 heures. Après des concertations, le leader du MMM rencontrera en effet à la même heure son homologue du MSM à l’hôtel Le Labourdonnais au Caudan. Initialement, la possibilité que ce tête-à-tête entre dirigeants de l’opposition se déroule dans les bureaux du président du Public Accounts Committee (PAC), Alan Ganoo, dans le National Assembly Compound avait été évoquée. Mais le Speaker’s Office a exprimé des réserves, d’où le choix du Caudan pour ces premiers contacts sur le dossier de la réforme électorale.
Cette rencontre entre les deux leaders leur permettra de faire un constat approfondi sur la nécessité d’une réforme du système électoral et de la marche à suivre pour les prochaines étapes. Il n’est pas à écarter que le MMM et le MSM tentent d’échafauder les contours de cette nouvelle collaboration entre ces deux principales formations d’opposition. Pravind Jugnauth ne cache pas ses voeux pour une plus grande cohésion dans l’action politique au sein de l’opposition.
Parallèlement à ces mouvements sur le plan politique, l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) devait reprendre dès ce matin l’interrogatoire de Maya Hanoomanjee portant sur la « MedPoint Tainted Transaction ». En principe, les limiers de la commission anticorruption ont prévu deux jours – aujourd’hui et demain – dans une tentative de conclure l’audition « under caution » de l’ancienne ministre de la Santé.
Pour Maya Hanoomanjee, ces deux jours sont importants. Une accusation provisoire selon laquelle « between the month of June 2010 and December 2010, the said Santi Bai Hanoomanjee, whilst being the Minister of Health and Quality of Life, embarked on a course of conduct whereby she, the said Santi Bai Hanoomanjee ensured that all measures were taken and directives were given for MedPoint Ltd to be favoured over other bidders and that the Bid Evaluation Committee would recommend MedPoint Ltd to the Central Procurement Board as the successful bidder for the acquisition of land and building for the setting up of the National Geriatric Hospital » pèse contre elle.
Dans les milieux proches du MSM, l’on ne s’étonnerait nullement du fait que Maya Hanoomanjee concentre ses attaques contre l’ancien ministre de la Santé Rajesh Jeetah et le nouveau vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques Anil Bachoo. Elle devra s’appesantir sur le fait que les conditions pour l’Expression of Interest pour le projet de National Geriatric Hospital avaient été élaborées vers fin mars 2010, soit bien avant son installation en tant que ministre de la Santé.
L’un des critères arrêtés pour le choix de l’immeuble est que la superficie minimale devait être de 4 500 mètres carrés à 6 000 mètres carrés. Or, la clinique de MedPoint fait moins de 4 000 mètres carrés. La cotation soumise par MedPoint n’aurait jamais dû être techniquement entretenue par le Bid Evaluation Committee, qui avait entamé ses travaux au début de juillet 2010. À ce jour, aucune indication n’est disponible sur si l’ICAC envisage d’entendre Rajesh Jeetah sur les procédures initiales arrêtées à la Santé.
Un autre volet de l’enquête MedPoint, qui suscite un vif intérêt, concerne les allégations au sujet des directives présumées venant du Premier ministre pour un deuxième exercice d’évaluation de la clinique MedPoint entre septembre et novembre de l’année dernière. L’ICAC aurait déjà pris contact avec le Dr Joomaye pour une audition demain en vue de consigner sa version des faits après l’interrogatoire de Paul Bérenger.
En raison de l’indisponibilité de Me Mamad Boccus, dont les services ont été retenus par le candidat malheureux aux élections générales du 5 mai 2010 dans la circonscription de Rivière-des-Anguilles/Souillac (No 13), ce rendez-vous pourrait être reporté. Des échanges sont en cours pour fixer une nouvelle date.
De son côté, le président du MSM et ancien ministre de l’Industrie se prépare pour sa confrontation avec les enquêteurs de l’ICAC. Jusqu’ici, il s’est refusé publiquement à donner la moindre indication sur la teneur de sa déposition tout en affirmant qu’il ira « dire toute la vérité à l’ICAC ». Le leader du MMM a cité le nom de Showkutally Soodhun comme étant le ministre en fonctions, qui avait reçu l’émissaire Zouberr Joomaye à son bureau pour la confirmation des allégations impliquant le Premier ministre.
En tout cas, les explications under warning du président du MSM la semaine prochaine seront suivies avec un intérêt particulier à l’hôtel du gouvernement et dans les rangs de l’opposition…