Alors que le Chairman Emeritus de BAI, décoré de la Légion d’Honneur de la République Française, Dawood Rawat, est installé dans ses appartements privés en France, le démembrement du conglomérat surévalué à plus de Rs 30 milliards gagne en intensité. Le Board de la Financial Services Commission (FSC) se réunit cet après-midi sous la présidence du secrétaire financier, Dev Manraj, pour décider de la mise en liquidation de Bramer Asset Management Ltd avec des Book Assets entre Rs 4,2 milliards et Rs 6 milliards. Une décision pourrait également être entérinée en vue de diligenter une Forensic Investigation en vue de situer les responsabilités de directeurs et autres membres de l’Investment Committee. D’autre part, depuis le début de cette semaine une nouvelle étape se déroule dans l’opération de délestage des avoirs de l’empire Rawat. Ainsi, la mise en vente d’actions détenues par le groupe BAI, principalement dans des Blue Chips cotés à la Bourse de Maurice, a été réalisée en vue du remboursement des clients ayant souscrit jusqu’à hauteur de Rs 500 000 chacun dans le Super Cash Back Gold. D’autres sphères d’activités du groupe BAI, comme le garage d’Iframac ou les magasins de Courts, font face à de graves difficultés et doivent avoir recours à des groupes électrogènes, Stand-by Generators faute de fourniture d’énergie électrique pour non-paiements des factures dans les limites prévues.
Il est évident que les quelque Rs 1,2 milliard récoltées hier avec la vente des actions détenues par le groupe BAI lors de la séance boursière d’hier ne suffiront pas pour combler l’échéance des Rs 2,4 milliards avec le paiement de la première tranche des réclamations du Super Cash Back Gold de vendredi. Et ne parlons pas des Rs 3,9 milliards, dont le déboursement est annoncé pour le 30 juin. Si toutes les actions de MCB et de la State Bank of Mauritius qui ont changé de mains sur le Trading Floor, hier, provenaient du panier de la BAI, les deux Special Administrators, Mushtaq Oosman et Yogesh Bagseet, devront se retrouver, demain, jour du Clearing, avec une somme de Rs 537 millions pour les titres de la MCB et de Rs 482,9 millions pour ceux de la State Bank Mauritius sans compter les actions dans d’autres sociétés mises en vente à la Bourse.
La dernière évaluation officielle des placements de la BAI dans des Local Listed Entities, d’une valeur globale de Rs 1,5 milliard, indique un montant de Rs 521,2 millions pour les actions de la MCB et de Rs 497,5 millions pour la State Bank. Le groupe BAI est également actionnaire dans des compagnies dans les secteurs du tourisme pour un montant de Rs 132,7 millions, de la construction pour Rs 94,1 millions et des fonds d’investissement pour Rs 81,7 millions.
Avec la constitution du National Property Fund et l’échéance de vendredi prochain, des consultations ont été engagées avec des institutions financières et même la Banque de Maurice pour compléter le montant de Rs 6,3 milliards. À l’hôtel du gouvernement, l’on se veut rassurant quant aux ressources financières pour honorer le double engagement du 15 mai et du 30 juin. « All this is being taken care of. Le Board du National Property Fund et les Special Admnistrators conjuguent leurs efforts pour atteindre l’objectif du 15 mai et ensuite celui du 30 juin », fait-on comprendre.
En effet, en sus de ces actions, les autorités peuvent compter sur des Deposits de Rs 500 millions auprès des institutions financières, dont Rs 160 millions de SICOM Financial Services Ltd, Rs 110 millions de Mutual Aid et Rs 180 millions de BanyanTree Bank Ltd. Du Cash in hand pour un montant de Rs 644,4 millions est également disponible à très court terme. Des Debt Securities pour un montant de Rs 278,5 millions, dont Rs 132 millions sous forme de Bank of Mauritius Bonds, de Rs 49,7 millions de SBM Unsecured Bond, sont également entre les mains des Joint Administrators à cet effet.