Le Mauritius Examinations Syndicate (MES) est satisfait des retombées positives du renforcement de contrôle concernant les cas tricheries et autres “malpractices” en salle d’examens de SC/HSC. Aux derniers examens, seules une quinzaine de cas ont été recensés, contre une centaine en 2013.
« La situation n’est plus alarmante. Nous sommes satisfaits du fait que les tricheries ont grandement diminué et que la majorité de ces cas concernaient les “Questions à Choix Multiples” (QCM) », explique un cadre du MES. Pour rappel, en 2013, Cambridge avait relevé pas moins de 130 cas sur lesquels pesaient de forts soupçons de tricherie. Et dans les cas avérés, l’examinateur avait pris de sévères sanctions auxquels les élèves ne sont pas restés indifférents. Cambridge dispose d’un logiciel de statistiques lui permettant d’analyser les réponses des QCM ainsi que la performance des candidats aussitôt la correction terminée.
Sur les recommandations de Cambridge, le MES a pris, depuis 2014, de nouvelles dispositions pour un renforcement du contrôle : formation accrue du personnel surveillant et des Supervisors, diminution du nombre de candidats par salle afin d’avoir plus d’espace entre les pupitres des candidats, augmentation du nombre d’Invigilators… Sans compter que le MES porte une attention spécifique au déroulement des épreuves de QCM.
La quinzaine de cas de tentatives de tricherie de l’an dernier concernaient moins les QCM, mais plutôt la présence de téléphones portables, lesquels sont clairement interdits par les règlements en salle d’examen.