À quelques jours du 11e Jamboree national de la Mauritius Scout Association (du 24 novembre au 3 décembre), l’effervescence a commencé à gagner les participants. Le comité organisateur aborde la ligne droite finale en toute confiance, après de longs mois de préparation et de séances de travail. Ce Jamboree se veut mémorable car il coïncide avec les cent ans du scoutisme à Maurice et vient clore les activités autour de cet anniversaire.
“Nos couleurs ravivent le scoutisme.” Tel est le thème choisi pour ce 11e Jamboree auquel participeront 1,316 jeunes et 484 encadreurs sur la plage publique de Belle Mare. Ils espèrent tous vivre une expérience enrichissante durant la dizaine de jours qu’ils passeront loin de leur confort quotidien.
Rien n’a été laissé au hasard afin que cet événement soit mémorable pour tous. Il faut savoir que le Jamboree est unique et diffère des camps annuels que chaque groupe scout organise. D’une durée plus longue, il réunit des participants venant des quatre coins de l’île ainsi que des scouts venant d’autres pays. Cette année, une délégation d’une soixantaine de jeunes des Seychelles, de La Réunion, de Singapour, de l’Afrique du Sud, de la Serbie et du Portugal sera présente. Une centaine d’autres scouts viennent de Rodrigues.
Le Jamboree comprend également des activités variées. Les participants pourront ainsi s’initier au tir à l’arc, à la plongée sous-marine, au canoë-kayak, au théâtre, à la cuisine, au mixage (pour ceux qui aiment la musique), à la peinture, au beach soccer, au snorkeling…
Épanouissement.
Scope a rencontré quelques jeunes qui seront à leur premier Jamboree. Ils attendent impatiemment le 24 novembre. Passer plusieurs nuits loin de leurs proches ne les effraie pas. “Nous en avons l’habitude”, disent-ils en choeur, même si les camps auxquels ils ont participé dans le passé ont été plus courts. Ils ont hâte également de pouvoir se faire de nouveaux amis et de découvrir d’autres cultures à travers les participants étrangers. Ils participeront aux différentes activités qui leur seront proposées afin de recueillir le plus de badges possibles.
Ludovic Abbufera, Larissa Sirop, Chetan Gunnoo, Jordan Edouard et Julian Laprovidence n’en démordent pas : le Jamboree est une expérience à vivre pleinement. Certains sont déjà prêts; d’autres en sont aux derniers préparatifs en vue de ce grand rendez-vous.
Malgré leur jeune âge, ils ont l’esprit aventurier et sont ouverts à toutes les découvertes qu’ils feront lors du Jamboree, qu’ils comptent aborder sans aucune appréhension. Ils sont soutenus par leurs parents. Ces derniers, à l’instar de Joanie Allet et Rajesh Gunnoo, se montrent ravis de l’expérience que vont vivre leurs enfants. Ils n’ont aucun doute que cela va contribuer à l’épanouissement de leurs enfants.
École de la vie.
Cette assurance et cette confiance reposent sur l’encadrement auxquels ces derniers auront droit. La sécurité est un des points essentiels sur lequel repose le succès de cette activité. Les organisateurs ont obtenu le soutien de la force policière, du ministère de la Jeunesse et de la Beach Authority, entre autres, pour la mise en place de la logistique et la délimitation de la zone du camp, dont l’accès sera contrôlé de jour comme de nuit. Le public ne pourra visiter le camp que lors de la Journée portes ouvertes, prévue le 1er décembre.
Bertrand Khosaly et Joëlle Legrand, qui sont à leur quatrième participation à un Jamboree, sont aussi enthousiastes que les plus jeunes. Pour eux, chaque camp est différent et se révèle une expérience unique à vivre. Ils se réjouissent des rencontres qu’ils feront. Ils soulignent l’assurance qu’ils ont acquise grâce au mouvement scout et à leur participation aux différentes activités, dont le Jamboree. Ils sont unanimes : le scoutisme est une école de la vie.
Le Jamboree débutera officiellement le 25 novembre, avec la cérémonie d’ouverture qui se fera en présence du Patron du mouvement scout, le Président de la République, Kailash Purryag, et du directeur régional du scoutisme, Frédéric Tutu Kama-Kama.