IBL et Princes Tuna (Mauritius) Ltd (PTM) ont signé un accord portant sur la fusion de leurs activités thonières, notamment celles de Thon des Mascareignes Ltée et de Princes Tuna (Mauritius) Ltd. L’objectif de cette fusion est de permettre aux entreprises concernées d’être plus compétitives sur le marché mondial du thon.
« Cette décision de regrouper nos intérêts était tout à fait logique dans le contexte actuel. Nous nous devions de développer ensemble une nouvelle approche qui permette de positionner notre industrie thonière comme étant plus compétitive », indique Nicolas Maigrot, Chief Executive Officer (CEO) d’IBL, dans un communiqué de presse émis par le groupe mauricien. Nicolas Maigrot souligne qu’IBL et Princes Tuna (Mauritius) Ltd affichent déjà une certaine complémentarité au niveau de leurs produits, précisant que Thon des Mascareignes produit des longes qu’elle exporte vers d’autres conserveries, ainsi que des poches de thon, notamment pour la restauration. « À partir de maintenant, nous allons donc harmoniser notre production et, de ce fait, accroître son efficacité », ajoute-t-il.
Par le truchement d’un échange de titres, IBL et sa filiale Seafood Hub Ltd vont accroître leur participation dans Princes Tuma (Mauritius) Ltd pour la porter à 43,69%. Notons qu’IBL était, depuis 1999, actionnaire de Princes Tuna (Mauritius) Ltd à hauteur de 29,33%. L’accord entre les deux parties prévoit que Princes Tuna (Mauritius) Ltd détiendra 100% des actions de Thon des Mascareignes, 68% d’Indico Canning et 33% de Marine Biotechnology Products.
« Ce rapprochement avec Princes Tuna se traduira également par le renforcement de nos actions pour la promotion d’une pêche durable dans l’océan Indien », explique Nicolas Maigrot. « Notre industrie s’inscrit dans la longévité et nous sommes en faveur d’une exploitation durable et raisonnée de la ressource thonière, afin que les générations futures puissent aussi en bénéficier. » Selon la direction d’IBL, la fusion des activités thonières se traduira par un chiffre d’affaires annuel estimé à USD 400 millions (autour de Rs 1,2 milliard).
Commentant également ce développement, Arnaud Lagesse, président du conseil d’administration d’IBL, considère que « c’est une nouvelle étape importante de l’histoire du seafood mauricien que nous venons établir aujourd’hui avec cet échange de contrats ». Les parties concernées précisent cependant que l’exécution de l’accord de fusion est sujette à l’approbation, dans les semaines à venir, du bureau du Premier ministre.