Si nous savions le faire, nous aurions poussé un cri à la Sébastien Margéot pour résumer les sensations ressenties lors de son concert, vendredi dernier à l’IFM. Mais il serait difficile de prétendre pouvoir imiter cet artiste venu d’ailleurs, qui fait les choses à sa manière dans un monde qu’il s’est inventé pour présenter sa musique et son style.

L’enfant des champs de cannes laisse souffler un vent frais sur cet univers dont il ouvre les portes à travers son album Terre, lancé lors du concert. De belles compositions sans fioritures ni édulcorants, présentées pour le plaisir de partager la musique et l’inspiration dans un style qui ne connaît aucune frontière et qui s’évade vers le ciel dans de grandes envolées.

Sébastien Margéot et ses musiciens plongent dans l’âme profonde du sega tipik et l’invite à danser avec le rock, le jazz, la pop. Des combinaisons savoureuses comme du jus de cannes fraîchement arrachées du karo. Terre célèbre la vie, chante la beauté de Maurice et de son peuple et propage l’espoir.

Dans la simplicité et l’humilité qui le caractérisent, Sébastien Margéot a dévoilé sa musique dans une ambiance à la fois décontractée et profonde. Avec quelques improvisations pour le plaisir d’échanger, on notera la belle cohésion entre le chanteur et ses musiciens, toujours prêts à l’accompagner dans ses grandes balades hors des sentiers battus. Sébastien Margéot mène la marche avec sa guitare, sa ravanne et ses boîtes de thon, dans des rythmes variés pour mieux porter ses mots.
Ça y est : Terre est en orbite.