L’octroi de 20 bourses offertes par le gouvernement chinois à l’intention des profs de dessins du secondaire pour participer à un séminaire en Chine donne lieu à un certain mécontentement parmi des enseignants du secteur privé subventionné. L’appel à candidatures par le ministère de l’Éducation aurait été lancé seulement dans les collèges d’État. Étant donné que les bourses ont été données au pays, la Secondary and Preparatorty Schools Teachers and Other Staff Union (SPSTSU) pense que le personnel des collèges privés devrait avoir l’occasion de participer à cette formation en Chine et s’est enquis à ce sujet auprès de la PSSA hier matin.
La SPSTSU, syndicat des collèges confessionnels catholiques et non-catholiques, dit avoir reçu plusieurs appels de ses membres au sujet de ces vingt bourses de formation et dont Le Mauricien a fait état dans un article paru lundi dernier. « Les membres ont raison de poser des questions parce qu’il s’agit de bourses offertes par un pays ami au gouvernement. Elles devraient bénéficier à tous les partenaires de l’Éducation nationale d’une manière équitable et au final, ce sont les élèves qui gagnent par rapport à tout programme de formation suivi par leurs profs », dit Lysie Ribot, la présidente de ce syndicat. Elle affirme avoir contacté la PSSA au sujet de cette formation prévue pour le mois prochain en Chine et que les officiers de cet organisme lui ont répondu « n’avoir reçu aucune communication du ministère » à ce sujet.
Pour rappel, d’après une communication du ministère envoyée aux recteurs des collèges d’État le mercredi 6 mars, « The Government of the People’s Republic of China is offering scholarships to some 20 Art Teachers of secondary schools who are under 45 to participate in a seminar for Art teacher », du 10 mai au 30 mai à Junhua, Zhejiang, en Chine. Les intéressés devaient soumettre leur candidature au plus tard le lendemain à 14 h.
La SPSTSU compte envoyer une lettre au ministère à la rentrée scolaire pour faire part des interrogations de ses membres sur la répartition de ces 20 bourses. Ce syndicat interpelle le ministre sur le délai très court pour l’envoi des candidatures et demande si la sélection des boursiers a eu lieu et si oui, qui sont les bénéficiaires. Il voudrait savoir si l’appel à candidatures était aussi ouvert au secteur privé subventionné et les noms des collèges qui en ont été informés. « Nous ne sommes pas en train de mendier des bourses pour nos membres. Dans notre démarche de demande de clarifications auprès des autorités concernées, c’est la transparence qui doit primer sur l’obtention même des bourses », souligne la présidente de la SPSTSU.