« Le mot “Attendant” ne donne pas une vraie définition de notre travail », estiment les membres de la Laboratory Attendants Union (LAU), affiliée à la GSEA. C’est ainsi qu’ils ont déposé une lettre jeudi au Pay Research Bureau (PRB), avec copie au ministère de l’Éducation. Selon eux, « notre travail est bien plus technique que ne l’entend le mot “Attendant” ».
« On devrait plutôt être connus comme laborantins », estiment Mamad Reza Jooman, président de la LAU, et les autres membres. Au lieu de l’appellation actuelle, les membres proposent quatre noms : Education Laboratory Auxiliary, Science Laboratory Auxiliary, Laboratory Technical Auxiliary ou Science Technical Auxiliary. « Personne n’est indispensable dans son travail, mais chacun à son importance », poursuivent-ils.
Ils demandent aux autorités de « reconnaître cette importance à travers une appellation plus appropriée », poursuivant : « Chaque personne cherche la dignité. Un laboratoire de collège ne saurait fonctionner sans un Laboratory Attendant, car c’est lui qui est responsable de toute la partie pratique et démonstration. » Les membres de la LAU demandent par ailleurs le rehaussement de la qualification exigée pour être Laboratory Attendant. « Actuellement, il faut un GCE et un “pass” dans une matière scientifique. Nous demandons un crédit dans au moins une matière scientifique. »
Autre requête : la fusion du poste de Laboratory Attendant et celui de Senior Laboratory Attendant pour la création d’un nouveau poste de Head Laboratory Attendant. « Tout comme on a créé un poste de Head of Workshop Assistant. »
Par ailleurs, la LAU demande au ministère qu’il y ait « 63 postes de Senior Laboratory Assistant au lieu de 40, car il existe 63 collèges d’État ». Et de poursuivre : « Chaque établissement a besoin d’un Senior Laboratory Attendant. Un enseignant a beaucoup de perspectives. Il peut être promu Senior Educator, Deputy Rector, Rector, etc. Les Laboratory Attendants contribuent au système éducatif et sont indirectement liés à l’enseignement. Nous espérons que le ministère et le PRB apporteront les changements nécessaires dans cette catégorie d’employés, qui a été négligée. »