Alors que les collèges se préparent à passer au Nine-Year Schooling l’année prochaine, la finalisation de l’emploi du temps pour 2018 a apporté un soulagement chez les enseignants. Les élèves de Grade 7 auront bien droit à six “périodes” de science et non pas quatre, comme il était prévu. La Government Secondary School Teachers Union (GSSTU), qui en avait fait son cheval de bataille, ne cache pas sa satisfaction. En revanche, cet emploi du temps laisse peu de temps à d’autres matières comme ICT, Design and Technology ou encore Food and Textile Studies.
Le time table de Grade 7 (Form 1) pour l’année prochaine est déjà finalisé. Une circulaire en ce sens a été envoyée aux recteurs vendredi dernier. Premier constat : les élèves auront droit à six classes de sciences par semaine. Dans un premier temps, celles-ci devaient être ramenées à quatre par semaine. Vikash Ramdonee, président de la GSSTU, avance qu’il est intervenu auprès de la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, pour faire comprendre l’importance des matières scientifiques. « En tant qu’enseignante de biologie elle-même, la ministre a compris l’enjeu derrière la nécessité de maintenir ces six classes de science. C’est une décision en faveur des enfants mauriciens et dans l’intérêt du pays. »
Avec les six classes rétablies, Vikash Ramdonee est d’avis qu’il sera plus facile pour les collèges de départager équitablement les trois matières. Ainsi, les étudiants auront deux classes pour respectivement la chimie, la biologie et la physique. De même, les enseignants pourront travailler selon leur spécialisation. Au départ, le ministère souhaitait que les profs de sciences enseignent les trois matières, soit la chimie, la biologie et la physique. « Toujours est-il que ceux qui souhaitent enseigner les trois peuvent le faire. Mais ce n’est plus une obligation. »
Avec ce changement survenu dans l’emploi du temps, Vikash Ramdonee est d’avis que la balle est maintenant dans le camp du Mauritius Institute of Education (MIE) pour l’élaboration des manuels. « Nous demandons que le MIE prépare trois manuels différents pour la chimie, la biologie et la physique. Actuellement, les trois sont regroupées dans un seul manuel. C’est un peu compliqué pour les enfants, pour les enseignants et pour les parents qui veulent aider leurs enfants. »
Concernant les autres matières sur le time table, l’anglais compte six classes par semaine. Le même chiffre était initialement prévu pour les mathématiques, mais une classe a été enlevée pour accommoder les six classes de sciences. Le français compte également cinq périodes, tandis que les langues orientales/kreol morisien et Social and modern studies en comptent trois par semaine. Deux classes d’Art and design et de Business and entrepreneurship sont également prévues.
Le fait surprenant est que les matières de la filière technique, comme l’ICT, Food and textile studies et Design and technology sont limitées à deux, alors que, selon le plan de la réforme, elles seront appelées à jouer un grand rôle avec l’entrée en vigueur des polytechniques notamment. Il nous revient qu’initialement le ministère voulait regrouper les trois matières pour trois périodes par semaine. Mais là également, le syndicat aurait fait pression.
En ce qui concerne les matières dites “non core”, on compte deux classes de Performing arts, incluant la musique, la danse et le théâtre, entre autres, ainsi que deux classes d’éducation physique. Une classe de Life skills and values, comprenant l’éducation à la sexualité, la sécurité routière, le bien-être émotionnel et social, l’éducation interculturelle, parmi d’autres, est aussi prévue. L’emploi du temps fait aussi la place pour une classe de lecture (Library) et une classe libre à aménager selon la direction du collège.