(FILES) In this file photograph taken in April 1945, survivors of the Buchenwald Nazi concentration camp sit on a latrine, after the liberation of the camp by Allied troops. - The construction of Buchenwald camp started July 15, 1937 and was liberated by US General Patton's army April 11, 1945. Between 239,000 and 250,000 people were imprisoned in this camp. About 56,000 died among which were 11,000 Jews. On April 4, Patton's army liberated the Buchenwald sub-camp in Ohrdruf, where they only found about fifty corpses of prisonners. The 9000 Buchenwald commandos - hundreds of Polish, Russian, Yugoslavian, Italian and French, some Hungarian and Russian Jews, and gypsies - had been forced by the Nazis to march 80 km on April 2 from Ohrdruf to the main camp Buchenwald. Most of them were evacuated again April 7 to Dachau and Flossenburg. Many died during this ordeal. On April 11, the International Committee (created in August 1943 by the prisoners), who managed to obtain and hide arms during previous shelling, gave the order for an insurrection which paved the way for the US army to liberate them. (Photo by Eric Schwab / AFP)

A la fin de la guerre, la libération des premiers camps a peu de retentissement, mais les images de ce que les Alliés y découvrent, d’abord censurées, vont faire prendre conscience au monde de l’horreur de la Shoah.

La libération des camps de concentration et d’extermination nazis intervient dans le sillage de l’avancée vers Berlin des armées alliées et de l’Armée rouge.

Elle débute le 24 juillet 1944, avec la découverte du camp de Majdanek (dans la banlieue de Lublin, Pologne) par l’Armée rouge pour se terminer le 8 mai 1945 avec la libération de Theresienstadt (ou Terezin en tchèque) au nord de Prague.

Dès le mois de juin 1944, le Reichsführer Heinrich Himmler avait ordonné l’évacuation des camps avant l’arrivée des Alliés et le transfert des détenus vers d’autres camps.

L’ordre concernait en premier lieu les camps situés dans les pays baltes, menacés par l’avancée de l’Armée rouge. Avant de prendre la fuite, les officiers SS avaient pour consigne d’effacer les traces de leurs crimes.

EDITORS NOTE: Graphic content / (FILES) In this file photograph taken on May 1, 1945, US soldiers look at a pile of prisoner’s bodies in a train near Dachau Concentration Camp, after the camp was liberated by the US army on April 29, 1945. – Himmler announced the creation of Dachau on March 20, 1933. More than 200,000 people were detained between 1933 and 1945, and 31,591 deaths were declared excluding the victims of the evacuation march in April 1945. From December 1944 a typhus epidemic spread in the camp as many convoys arrived from other evacuated camps. The US troops of General Patton entered Dachau on the April 29, 1945. At the liberation of the camp, the US army imposed a quarantine until May 25 to control the typhus epidemic. About 2.500 people died from May 29 to June 16, 1945 according to a French Memorial Association. (Photo by Eric Schwab / AFP)

Ainsi la libération, par l’Armée rouge, d’Auschwitz-Birkenau (Pologne), le 27 janvier 1945, a-t-elle été précédée par la dissolution progressive du complexe, à partir de l’été 1944 et par l’évacuation de plus de 60.000 détenus.

Lorsque les Soviétiques arrivent, ils ne découvrent que quelque 7.000 prisonniers, incapables de marcher et de suivre leurs camarades dans les « Marches de la mort ».

– La censure, puis le choc –

La découverte des premiers camps n’a guère de retentissement auprès du grand public.

Des commissions d’enquête russes et polonaises prennent bien des photos à Majdanek et à Auschwitz et les services photographiques de l’armée américaine réalisent un reportage sur le Struthof, seul camp de concentration nazi situé sur le territoire français actuel, mais les images ne sont pas diffusées auprès du grand public.

En France en particulier, les autorités ne veulent pas alarmer les familles sur le sort des « absents » (déportés, prisonniers de guerre, requis du travail obligatoire).

Un véritable tournant dans le traitement médiatique intervient le 6 avril 1945, avec la découverte du camp d’Ohrdruf, une annexe de Buchenwald (Allemagne). Quand les Américains, accompagnés du correspondant de guerre Meyer Levin et du photographe de l’AFP Eric Schwab, y pénètrent, ils voient les brasiers encore fumants, les prisonniers décharnés exécutés d’une balle dans la tête.

Le 12 avril, une visite officielle d’Ohrdruf est organisée pour les généraux Patton, Bradley et Eisenhower. « Je n’ai jamais de ma vie éprouvé un choc aussi profond », dit ce dernier. Leur décision est immédiate: « Toute censure doit sauter ».

Le soir même, le quotidien français Ce Soir publiera à sa Une la réaction du général Patton – « Plus de pitié pour les bourreaux » – et l’image d’un charnier.

doc-jrp/ber/cds/dp/sba