Visiblement, Narainduth Ramgoolam n’a pas encore digéré le fait d’avoir été écarté de la liste des candidats aux dernières élections, et ce alors qu’il avait « travaillé pendant quatre ans dans la circonscription No 9 à la demande du leader ». Mais les dernières élections du comité central et du bureau politique qui, juge-t-il, n’ont pas été « free and fair », l’ont poussé à prendre ses distances du MMM. Plusieurs membres du régional du No 9, dont le président Nabé Fortuno, ont aussi démissionné.