Des employés du warehouse du Mauritius Duty Free Paradise sont en colère depuis plus de deux mois car des changements sont intervenus dans leur environnement de travail sans qu’ils aient été, au préalable, consultés.
Ils se disent d’abord harcelés et soumis au chantage par leurs supérieurs. En outre, leurs horaires et jours de travail ont été modifiés sans aucun préavis: au lieu de travailler de 8h30 à 16h30 les jours de semaine, comme c’était le cas auparavant, ils se retrouvent à travailler le samedi, sans rémunération supplémentaire, en échange d’un jour de congé en semaine. La raison évoquée: du cost-cutting. Mais selon les employés, il s’agirait d’un « cost-cutting lor le dos travayers, ek pire personne pas pe tane narnien. »
Par ailleurs, ils déplorent la nomination d’un ancien retraité d’Airports of Mauritius (AML) à la tête du service de sécurité de cet organisme, dont le salaire choque et constituerait pour ces employés du gaspillage. Ce consultant a édicté un règlement qui permettrait aux membres de la sécurité de fouiller les employés à leur sortie du warehouse. Une fouille corporelle qualifiée des plus embarrassantes, surtout auprès de la gent féminine, sauf que les douaniers en sont eux exemptés, déplore-t-on dans les milieux concernés.
Ces employés vivent dans l’angoisse et ne savent pas à quel saint se vouer pour attirer l’attention des autorités sans risquer de perdre leur emploi. Affaire à suivre.