Mohamad Osma Karamuth, 34 ans et imam à la mosquée de Phoenix, a été appréhendé et inculpé dans le cadre d’une enquête initiée au niveau du Central CID dans une affaire de détournement de fonds allégué de Rs 50 millions. Impliquée dans cette fausse affaire d’importation de bétail d’Afrique du Sud, Farhana Mulla, une Sud-africaine installée à Maurice, a également été appréhendée sous le délit de Conspiracy et remise en liberté sous caution.
Le Central CID a repris ce matin l’interrogatoire du Main Culprit, soit du maulana, avec la possibilité que d’autres membres de la famille soit inculpés. L’enquête de la police pourrait aussi inquiéter un réseau de complicité au sein de la succursale de la Barclays à Phoenix, avec au moins quatre autres préposés susceptibles de permettre de faire la lumière au sujet de cette fraude.
Le Central CID a ouvert cette enquête suite à une déposition de la direction générale de la Barclays à Maurice au sujet de cette affaire de détournement de fonds. Les recoupements d’information indiquent qu’il y a deux ans, Mohamad Osma Karamuth s’était présenté à la banque pour négocier un emprunt de Rs 50 millions en vue de financer un projet d’importation de bétail d’Afrique du Sud à être écoulé sur le marché local.
Le suspect s’était présenté en tant qu’homme d’affaires aguerri avec un réseau de solides contacts en Afrique du Sud et un track record financier sans pareil. Pour étayer ses dires, le maulana a présenté aux préposés de la Barclays s’occupant de son dossier des documents attestant qu’il était propriétaire d’un terrain d’une centaine d’arpents dans la région de Riambel.
Les démarches devaient aboutir avec la banque avançant la somme réclamée sur la base des garanties proposées. Toutefois, à la demande du client, la décision d’un transfert des Rs 50 millions de la Barclays à un compte opéré dans une autre banque commerciale fut entérinée. À partir de là, un nouveau transfert a été fait du compte du maulana à sa complice avant le détournement de Rs 48 millions en faveur du principal suspect. La somme n’a jamais été utilisée pour assurer l’importation des boeufs comme il avait été décidé initialement.
Ainsi, au cours de ces deux dernières années, aucun remboursement n’a été effectué à la Barclays selon les termes et conditions agréés entre les deux parties au moment des négociations. Quand la Barclays devait décider de prendre des actions pour recouvrer la somme de Rs 50 millions, la direction se rend compte de la supercherie et de la fraude alléguée.
Le dossier de la banque recèle de faux documents. Le maulana Karamuth s’est-il substitué à son père ? Celui-ci est le propriétaire authentique du terrain de Riambel. Des faux en écriture auraient été commis sur le document et la personne, qui avait fait le déplacement à la banque pour les besoins d’authentification des documents, n’était pas le père de l’imam. Celui-ci a formellement nié s’être porté garant pour cet emprunt auprès de la Barclays.
À ce stade de l’enquête, les hommes de l’assistant commissaire de police Heman Jangi doivent compléter la déposition du suspect principal, qui a retenu les services de Me Toorbuth. D’autres membres de la famille devront être interrogés et probablement inculpés dans cette affaire de détournement allégué au préjudice de la Barclays.
En ce qui concerne les employés de la banque, le Central CID n’écarte pas la thèse de complicité. Quatre préposés de la Barclays sont dans le collimateur de la police. Pour l’instant, la direction générale de la Barclays se penche sur les éléments de cette affaire en vue de décider de la marche à suivre au sujet du réseau interne.