La restructuration de la Mauritius Commercial Bank (MCB) a franchi une étape décisive hier. En effet, l’assemblée spéciale des actionnaires a voté, à une majorité écrasante de 94%, les différentes résolutions visant à traduire dans la réalité cette importante étape en attendant que la Cour suprême ne soit appelée, au terme des dispositions de la loi, à donner son aval au Scheme of Arrangement. Entre-temps, le calendrier d’exécution établi par la MCB prévoit que les trois segments distincts de la nouvelle structure du groupe MCB – en l’occurrence le “Banking”, le “Non-Banking Financial” et les “Other Investments” –, entreront en opération à partir de la fin du premier trimestre de l’année prochaine.
En prélude à l’assemblée spéciale consacrée à l’adoption du plan de restructuration, trois nouveaux directeurs ont été élus sur le conseil d’administration. Il s’agit de Jean-François Desvaux de Marigny, qui a succédé à Philippe Alain Forget en tant que No2 de la MCB Banking, et Simon Pierre-Rey et Jonathan Chrichton, un ancien banquier britannique qui a fait carrière au sein de la HSBC. Les autres membres du board de la MCB sont Sunil Banymandhub, Gilbert Gnany, Navin Hoolooman, Jean-Pierre Montochhio, Pierre-Guy Noël, Anthony Withers et Gérard Hardy.
Les membres de l’actuel board assureront la transition jusqu’en mars prochain quand les trois nouvelles entités du groupe MCB seront dotées par des conseils d’administration prévus dans le plan de restructuration. Le vote sur les différentes résolutions s’est déroulé en présence du commissaire électoral, Irfan Rahman, et des officiels de la Commission électorale validant le décompte des voix des actionnaires. 
L’une des résolutions votées hier concerne le « share exchange of the entire share capital of the MCB, free from all lien, pledge, charge or encumbrance together with all the rights to MCB Group Limited ». Cet exercice devra se faire à la fermeture des affaires le mardi 25 février de l’année prochaine ou à toute autre date déterminée suite à la pétition présentée par la MCB et la « Court Order sanctioning the scheme at a ratio of one MCB Group Limited share for each MCB share held by the shareholders ».
Ainsi, dans le sillage de ce développement, les titres des quelque 19 000 actionnaires de la MCB seront échangés contre ceux de la nouvelle holding. Leurs intérêts dans le groupe resteront ainsi inchangés et, à travers la mise en place d’un nouveau « Group Employee Share Option Scheme » (GESOS), les options détenues par le personnel pour des actions de la MCB seront remplacées par des options sur des actions du MCB Group. Tous les avantages et conditions du Scheme actuel seront conservés sous le nouveau GESOS. 
La tenue de cette assemblée spéciale marque le début d’une nouvelle ère pour la MCB. En mars 2013, le groupe avait annoncé une nouvelle structure correspondant aux changements liés à son évolution. En effet, « une des forces de la MCB est sa capacité à évoluer avec le temps dans un monde où seul le changement est constant », note un communiqué émis après les séances de travail d’hier. Dans ce même contexte, la MCB cite en illustration le fait qu’à fin juin 2013, 46 % des bénéfices du groupe sont attribuables aux activités à l’étranger, alors que celles liées au secteur financier non bancaire continuent de prendre de l’ampleur. 
La nouvelle structure adoptée visant à séparer ses activités bancaires et non bancaires afin de mieux positionner la MCB pour son développement futur. MCB Group Limited, une entité juridique nouvellement créée, sera la holding du groupe et sera cotée en Bourse afin de chapeauter l’ensemble des activités du groupe. 
Cet exercice de restructuration aura pour conséquence le transfert de certains investissements aujourd’hui détenus par la MCB vers la nouvelle structure. Même si des transferts sont neutres au niveau de l’ensemble du groupe, les fonds propres de base de la MCB subiront une baisse. Au niveau des capitaux de la MCB, pour les besoins des ratios prudentiels, cette baisse est estimée à un peu plus de Rs 3 milliards. Afin de compenser cette baisse et de se donner les moyens adéquats pour son développement futur, le groupe a réalisé deux opérations qui lui ont permis de renforcer ses fonds propres par un peu plus de Rs 5,4 milliards, tout en se dotant de financements à long terme en devises à hauteur de USD 150 millions. 
De ce fait, en juillet dernier, la MCB avait initialement lancé, par le biais de la Bourse de Maurice, une émission de « Floating Rate Subordinated Notes » mobilisant du même coup Rs 4,5 milliards, soit le montant le plus élevé jamais réalisé par une société cotée sur le marché officiel de la Bourse. Puis, en octobre dernier, un accord de financement portant sur une enveloppe totale de USD 150 millions scellé avec la Banque africaine de développement, dont 30 millions de dollars américains sous forme de prêt subordonné sur une période de dix ans et USD 120 millions de dollars en tant que prêt à long terme sur sept ans. 
Cette opération a ainsi permis à la MCB de conforter ses fonds propres d’un peu plus de Rs 900 millions additionnels et de se doter de moyens de financement de l’ordre de Rs 4,5 milliards en devises afin d’accélérer le développement des activités de la Banque en Afrique. 
Le communiqué de la MCB conclut : « Toutes ces étapes ont atteint un point culminant aujourd’hui et permettront à la MCB d’entrer de plain-pied dans cette nouvelle ère qui s’annonce des plus palpitantes. Et ce durant l’année du 175e anniversaire de la MCB. »