L’enquête de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) dans les allégations de pratiques de corruption au sein de l’Afrasia Bank se poursuit après la descente des lieux de lundi dans les locaux de cette société engagée dans le Private Banking. Agissant sur la base d’un Judge’s Order, les limiers de l’ICAC ont procédé à la saisie d’une série de dossiers et de fichiers de clients ayant une pertinence avec les tenants et aboutissant de cette affaire.
Des sources bien renseignées avancent que l’ICAC s’est particulièrement intéressée aux dealings de cet homme d’affaires, qui a porté plainte contre un membre du Top Management de la banque, mais également d’autres transactions bancaires. Les enquêteurs de l’ICAC, qui sont restés au QG de cette banque à Port-Louis, se sont penchés sur une quinzaine de dossiers. Actuellement, les procédures et détails adoptés sont passés à la loupe avant de passer à la nouvelle étape dans cette enquête sous l’article 16 de la Prevention of Corruption Act.
L’homme d’affaires au centre de ces dénonciations pourrait être convoqué à l’ICAC pour des compléments d’information et des confirmations avant que des membres du Top Management de la banque ne soient entendus sur des zones d’ombre. La liste de ces hauts cadres susceptibles d’intéresser l’ICAC n’a pas encore été finalisée même si l’identité du Contact Point de l’homme d’affaires, spécialiste des développements immobiliers de luxe, est connue. Toutefois, la certitude est que le Deputy CEO, Head of Global Banking, Treasury and Markets de l’Afrasia Bank, Kamben Padayachy, ne sera nullement inquiété et encore moins entendu par l’ICAC car cette affaire ne relève nullement de ses responsabilités professionnelles.