Avec des profits en chute libre de l’ordre de Rs 3 milliards à seulement Rs 15 millions pour le dernier exercice financier de 2019, et la publication officielle  ce matin du dernier bilan financier de la SBM Holdings (SBM), le leader de l’opposition, Arvin Boolell, réclame la démision du conseil d’administration de cette entité bancaire, avec la participation de l’État de même qu’une commission d’enquête. Il enjoint également la Banque de Maurie et la Financial Services Commission (FSC) d’assumer leurs responsabilitésd de régulateurs des banques et des services financiers pour initier des enquêtes appropriées sur la maladministration financière de cette banque.
« Par ailleurs, en sus de ces procédures prévues dans la loi, je réclame l’institution d’une commission d’enquête sur la SBM et la démission immédiate des membres du Board », souligne Arvin Boolell à lemauricien.com en d’appuyant sur une série de scandales affectant la gestion de la banque d’État au cours de ces dernières années, notamment le scandale de Dubayy, la Commodities Saga ou encore l’affaire Pebary au Kenya. « Il est temps de donner un bon coup de balai à la SBM Tower avant qu’il ne soit top tard, » ajoute-t-il.
De son côté, commentant les grandes lignes de la performance financière de la SBM, Axys note ce matin que « earnings Before Impairments and Taxes (EBIT) – on comparative basis, i.e. ignoring one-items linked to the Kenya acquisitions – has fallen by a quarter to Rs 3.5 bn. But that’s not why SBM breaks even in FY-2019. Its does so because they impaired another Rs2.4bn in Q4-2019 which “relates mostly to some previously identified segment B customers”. This brings 2019’s write-downs to a whopping Rs 3 bn, i.e ~Rs 500 M less than in 2018. »
Avec les répercussions de COVID-19, la situation pour la SBM pourrait s’avérer encore plus difficile avec Axys soutenant que « our models suggest we should slash November’s Fair Value of SBM by 20% ».