Le groupe MCB, qui a réalisé des profits nets de Rs 1,5 milliard pour le premier trimestre de l’exercice financier en cours, met l’accent sur la morosité qui prévaut dans le monde des affaires. Toutefois, la plus importante banque commerciale du pays se dit confiante que la récente révision à la baisse du Repo Rate, décidée lundi par le Monetary Policy Committee de la Banque de Maurice, devra relancer les investissements privés. D’autre part, à partir de lundi, le groupe MCB accueillera une cinquantaine de banquiers internationaux dans le cadre de son projet Africa Forward Together.
Commentant les perspectives, le board du groupe MCB soutient que le contexte dans lequel opère le groupe restera amorphe dans le court terme. La récente baisse du Repo Rate et le faible taux d’inflation à Maurice devraient encourager l’investissement privé. En se basant sur les tendances actuelles, le conseil d’administration estime que les résultats du premier semestre se terminant à décembre 2015 devraient être meilleurs que ceux de la période correspondante en 2014.
Pour le premier trimestre de l’année financière en cours, le Groupe MCB a réalisé des bénéfices nets de Rs 1,5 milliard, représentant une progression de 12,6 % par rapport à la période correspondante l’année dernière. Le communiqué émis après la réunion du board hier ajoute que les activités à l’international représentent environ 55 % des résultats du groupe. Durant le premier trimestre, ces activités ont boosté l’Operating Income de 11,1 % pour atteindre presque Rs 3,5 milliards. La croissance de 14,7 % du Net Interest Income s’explique par trois facteurs : une bonne performance de MCB Limited à l’étranger, de meilleurs résultats enregistrés par les filiales étrangères du groupe et une baisse de l’excès de liquidités suite aux mesures prises par la Banque de Maurice.
Les compagnies associées ont également enregistré une performance positive, contribuant environ Rs 94 millions aux résultats du groupe, soit une hausse de 8,4 % par rapport à la période correspondante l’année dernière.
Par contre, les revenus découlant des frais et commissions ont connu une amélioration marginale. Une contribution plus importante des activités non-bancaires a compensé la baisse des revenus engrangés par le financement du commerce régional suivant la chute du prix du pétrole sur le marché mondial. À noter que les dépenses du groupe ont augmenté de 10,4 %, et ce afin de soutenir son expansion.
D’autre part, dans le cadre de son Africa Strategy, le groupe MCB accueille, à partir de ce week-end, des représentants de 37 banques africaines dans le cadre de sa conférence annuelle Africa Forward Together (AFT). L’édition 2015, la sixième du genre, qui regroupe 50 participants venant de 16 pays, se déroule à l’hôtel Long Beach jusqu’au vendredi 20 novembre. Toute une série d’activités, allant de conférences animées par différents responsables de la MCB à des visites, est au programme de la semaine.
L’objectif d’Africa Forward Together est de permettre aux banques africaines de voir ce que la MCB peut leur offrir en termes d’opportunités et de possibilités de collaboration. Depuis ces dernières années, la MCB se positionne comme une « banque des banques » sur le continent et propose aux institutions africaines d’externaliser certains de leurs services à Maurice.
La stratégie « Bank of Banks » est une pierre angulaire de l’expansion africaine de la MCB. Le groupe veut ainsi se positionner comme un partenaire privilégié des banques africaines plutôt que d’aller les concurrencer sur leur territoire. Alors que l’Afrique concrétise graduellement son potentiel, la MCB amplifie, de son côté, le financement du commerce régional et des projets à travers le continent. Du reste, quatre pays africains figurent en bonne place du Top 10 mondial en termes de croissance économique.
Les services à valeur ajoutée proposés aux banques africaines sont : l’émission de crédits documentaires, les paiements internationaux, la gestion de la monétique, l’audit interne, le service conseil relatif à la gestion du risque, les prestations financières non-bancaires, le custody, ainsi que l’utilisation de la plate-forme SWIFT pour les paiements internationaux. Les banques africaines ont beaucoup à bénéficier de la MCB de par son réseau international, son infrastructure high-tech et son expertise.
L’externalisation de ces services à Maurice pourrait permettre aux banques africaines de réduire leurs coûts et d’améliorer leur efficacité, tout en élargissant la palette de produits offerts à la clientèle.