Le président du conseil d’administration du SBM Group, Muni Krishna Reddy, entouré des membres du board et de la direction de la banque dont le Chief Executive Officer Banking (océan Indien), Jairaj Sonoo, et du CEO Non-Banking, Soopaya Perianen, s’est félicité de la performance du groupe au cours des douze derniers mois. À la mi-journée, il a présenté les détails des opérations de la State Bank of Mauritius Ltd, qui a réalisé des profits nets en hausse de 30 %, soit Rs 2,6 milliards au 30 juin contre un peu plus de Rs 2 milliards pour l’exercice 2010-2011. Il a également annoncé des détails d’un important plan de restructuration de l’institution qui a déjà obtenu l’autorisation de principe de la Banque de Maurice, la mise en place d’une nouvelle IT Platform en collaboration avec HP Enterprise Services et Accenture et une présence plus soutenue en Afrique et en Asie. Il a défini les quatre priorités de la banque pour les années à venir, en l’occurrence la Customer Experience, la transformation, l’innovation et la proximité.
« The financial year ended 30 June 2012 was a landmark year in many years for State Bank of Mauritius Ltd (SBM) and its group. A key focus for the new financial year – which will be of an 18 month duration from 1 July 2012 to 31 December 2013 – will be the implementation, in an innovative and improved cost-effective manner, and rollout of the new technology solutions to have unified customer experience across all geographies we operate », a déclaré le président du conseil d’administration de la banque à la presse.
Passant en revue les principaux paramètres de performance au cours de l’exercice se terminant au 30 juin, Krishna Muni Reddy a souligné que « le SBM Group a réalisé une excellente performance augurant d’une croissance robuste et soutenable pour les années à venir et ce, malgré un environnement économique difficile ». Ainsi, les profits ont enregistré une croissance de 30 % pour atteindre Rs 2,6 milliards contre un peu plus de Rs 2 milliards au 30 juin de l’année dernière.
Les revenus par action ont progressé de Rs 7.80 à Rs 10.14 de même que les autres facteurs. Les rendements de l’actif (return on assets) sont de 2,69 % contre 2,29 % et les rendements des capitaux propres (return on equity) passent de 13,15 % à 15,44 %. En excluant un One-Off Gain de Rs 114 millions en 2011 sur des investissements, les profits nets de la banque montrent une croissance de 38 %. « Economic Value Added has increased by 131.3 % to Rs 629 m for FY 2012 from Rs 272 m, reflecting improved value creation for shareholders », ajoute-t-il dans sa déclaration liminaire.
Au 30 juin de cette année, les avoirs du groupe étaient de Rs 98,7 milliards. « Les dépôts, qui ont enregistré une hausse de 7,4 % pour atteindre Rs 76,2 milliards, demeurent de loin la principale source de financement du groupe alors que la progression des dépôts en roupies a été de 12,5 % prenant en ligne de compte la stratégie de la banque en vue de réduire les dépôts et emprunts en devises étrangères », a poursuivi Krishna Muni Reddy.
« Although spreads have been under pressure due to heightened competition and excess liquidity in Mauritian rupee, overall Net Interest Margin (Net Interest Income to Average Assets) improved to 3.29% for FY 2012 from 2.85% through planned reduction of high cost funding and at the same time increase in net interest margin by assets aligned with enhanced asset mix in major other currencies », fait ressortir la direction de la SBM. Les revenus nets sous forme d’intérêts augmentent de 28 %, s’élevant à Rs 3,2 milliards contre Rs 2,5 milliards l’année dernière alors que les autres types de revenus ont généré Rs 1,9 milliard contre Rs 1,7 milliard pour l’exercice précédent avec les revenus à l’item des frais et commissions en hausse de 31,2 % suite aux effets conjugués d’une croissance robuste et des contributions venant des activités transfrontalières.
Progression de 20,5 %
D’autre part, les revenus du SBM Group ont progressé de 20,5 %, soit Rs 5,1 milliards contre Rs 4,2 milliards. L’autre point de satisfaction de la banque se résume au fait que le ratio des crédits impayés en pourcentage des crédits totaux est en baisse. « The gross and net impairment ratios improved further to 1.07% from 1.40% and 0.36% from 0.46% respectively, reflecting the quality of assets. This bears the result of robust governance and risk management practices adhered to by SBM », fait-on ressortir.
Interrogé sur les perspectives de croissance du groupe bancaire pour 2012-2013, Krishna Muni Reddy a indiqué que, selon une estimation prudente de la direction, le groupe s’attend à réaliser une progression de 15 % pour l’année financière en cours. La croissance des actifs, a-t-il précisé, viendra du marché domestique alors que du côté des revenus, la croissance viendra notamment des frais et commissions, plus particulièrement des opérations à l’international.
Le président du conseil d’administration du SBM Group a fait état de la mise à exécution d’un plan de restructuration dans la perspective de ses plans d’expansion. Avec l’aval de la Banque de Maurice et du gouvernement, SBM Holdings Ltd continuera à être l’Ultimate Holding Company alors que le plan de restructuration prévoit une ségrégation des activités bancaires de celles non-bancaires.
« This structure aims at reinforcing the ring-fence between retail banking businesses and the wholesale / investment banking businesses – which is already operational at SBM – as recommended, for instance, by the independent commission on banking in the UK. This should enable SBM to pursue its expansion strategy on a sound footing », souligne la direction de la SBM. Les éléments de cette réorganisation ont également pour objectif de séparer les opérations bancaires sur une base régionale en vue de protéger les clients d’une région géographique des risques dans d’autres régions.
Le SBM Group travaille également sur un plan d’IT Transformation pour mettre à la disposition de sa clientèle les derniers développements et solutions en matière informatique. Un partenariat stratégique avec HP Enterprise Services, société figurant dans la liste des plus importantes compagnies de la Fortune 500 List, et Accenture a été conclu à cet effet. Le plan sera mis en oeuvre sur sept ans, a-t-on annoncé à la mi-journée.
« HP Enterprise Services will implement the new IT platform and host the solutions in its state-of-the-art data centers as well as provide disaster recovery services to the bank, in line with practices prevalent in major global banks and in compliance with banking and regulatory stipulations. The strategy and directions for this technology transformation program will be fully directed by SBM. The new integrated IT platform at SBM is primarily aimed at helping customers benefit from innovative technology, superior quality and value of service », fait ressortir la SBM.
Un autre volet du programme d’expansion du SBM Group s’articule sur la “Business Transformation and Diversification”. Krishna Muni Reddy a confirmé l’intention du SBM Group de s’engager dans de nouvelles sphères géographiques, dont l’Afrique et l’Asie et de nouvelles lignes d’activités, dont l’e-business et d’autres segments des opérations non-bancaires.
« La SBM et le board sont confiants que l’Afrique émergera comme le prochain pôle de croissance économique. Faisant partie du continent africain, nous avons des plans pour pénétrer dans des pays en Afrique, où le potentiel est en conformité avec les aspirations du groupe au cours des prochaines années. La SBM continuera à investir dans la région de l’océan Indien et en Inde avec des options pour d’autres pays en Asie. Parmi les facteurs déterminants se trouvent les opportunités de marché et l’environnement régulateur », a ajouté le président du board. Il a laissé entendre que la SBM a en point de mire des pays de l’Afrique de l’Est et a ajouté que les options sont ouvertes : la SBM pourrait aller seule ou en partenariat avec d’autres opérateurs. Tout dépendra de la structure et des conditions des marchés visés.
Krishna Muni Reddy a tenu à saluer la confiance démontrée par les actionnaires et les clients de la banque ainsi que la contribution de tout le personnel de l’institution à la performance enregistrée pour l’année financière écoulée.