Les emplois totaux dans le secteur regroupant des entreprises manufacturières tournées vers l’exportation (dont celles faisant partie de l’ex-zone franche) a baissé de 1 956 (-3,5 %) en une année, passant de 56 520 en juin 2011 à 54 564 en juin 2012. Ce sont principalement les emplois féminins (-1 914) qui ont été les plus affectés.
Selon Statistics Mauritius, le secteur du textile et de l’habillement a été le plus touché avec une réduction de 2 130 emplois sur une année, le nombre étant ramené à 36 110. Le secteur de fabrication de produits électriques et électroniques a cédé 109 emplois alors que celui de l’horlogerie en a perdu 71.
Statistics Mauritius indique que le nombre d’entreprises tournées vers l’exportation a diminué au cours du deuxième trimestre 2012, passant de 354 à 344, cela suite à l’arrêt des opérations de dix entreprises, dont cinq spécialisées dans la confection de vêtements.
Ce même trimestre a été marqué par une réduction des emplois :-563. Le secteur comptait à fin juin dernier un total de 54 564 emplois (23 314 hommes et 31 250 femmes). Les données officielles indiquent que le secteur a créé 1 302 emplois à travers l’expansion des entreprises existantes, mais qu’il a également enregistré la perte de 1 865 emplois au cours de ces trois mois en raison de la contraction de la main-d’oeuvre (-756) dans les entreprises en opération et la fermeture de dix entreprises (-1 109). Encore une fois, c’est le secteur de l’habillement qui a été le plus en mal :-547 emplois.
On observe que le nombre de travailleurs étrangers a très légèrement augmenté (de 18 559 à 18 575) au cours du deuxième trimestre 2012. Environ 80 % de ces travailleurs sont engagés dans le secteur textile et de l’habillement.
Malgré la baisse des emplois, le secteur d’exportation a réalisé une progression de Rs 164 millions (+0,7 %) de ses exportations pour les premiers six mois de l’année, atteignant des revenus de Rs 22,5 milliards. Les importations de janvier à juin 2012 se sont élevées à Rs 12,4 milliards (-4,5 % comparativement au niveau du 1er semestre 2011). Ce repli des importations s’explique principalement par une réduction de 5 % des achats de matières premières alors que la valeur des équipements/machines importé/es a augmenté de 5,7 %.