Le rapport de la Banque mondiale sur le secteur de l’énergie, dont copie a été déposée sur la table de l’Assemblée nationale mardi par le vice-Premier ministre et ministre de l’Énergie, Ivan Collendavelloo, préconise un cocktail de mesures d’urgence pour repousser la menace d’un black-out à partir de 2018. L’un des points saillants de ce rapport, servant d’arbitrage en matière de prévisions et de capacités de génération d’énergie, demeure que la Capacity Gap dont souffre le Central Electricity Board est confirmée, soit de 50,9 MW l’année prochaine pour passer à 71,8 MW pour 2017, avec de gros risques de Power outages. De ce fait, la Banque Mondiale propose à court terme cinq mesures d’urgence d’ici à 2017 avec en complément la mise en place de deux turbines à gaz de 36 MW chacune dans les meilleurs délais pour satisfaire la demande dans la consommation de courant électrique pour la période allant de 2018 à 2022. Pour le long terme, la BM recommande des investissements pour accroître la capacité de 180 MW de 2019 à 2022.
Commentant le débat au sujet de la capacité de génération de courant électrique du CEB et de l’évolution de la demande, la Banque mondiale est catégorique quant aux risques inhérents et cela sur la base d’une série d’exercice de contrôle. « The results of simulations of the energy supply to peak demand in the island of Mauritius carried out by the World Bank revealed significant capacity gaps for the period 2015/2017 », note le rapport, qui met en garde contre le fait que « it is clear that the island of Mauritius may face capacity on the short term if the demand grows as indicated in the high growth scenario ».
Dans son intervention à l’Assemblée nationale avec la présentation du rapport de la Banque mondiale, le vice-Premier ministre Ivan Collendavelloo a confirmé que la Capacity Gap, qui est estimée à 50,9 MW l’année prochaine, devra connaître une nette détérioration à 71,8 MW en 2017, rendant l’équation du CEB encore plus compromettante. Dans l’immédiat, toute une gamme de mesures devra être adoptée pour ramener l’écart de capacité du CEB à des proportions gérables, soit un peu plus de 10 MW.
Sensitised Option
« In fact, the World Bank underlines that the measures are expected to reduce the capacity gap under the base case scenario – from 50,9 MW to 13,5 MW in 2016, and from 71,8 MW to 11,5 MW in 2017. Such theoretical gaps are considered to be perfectly manageable by CEB, which has known more critical periods in the past », souligne Ivan Collendavelloo en guise d’assurance contre des risques de black-out au cours de la période mentionnée.
Tenant en ligne de compte des paramètres d’une Sensitised Option, avec une projection de la demande inférieure aux prévisions du CEB car au cours des cinq premiers mois de cette année, la consommation d’énergie électrique a régressé de 3,82 % et pourrait maintenir la tendance jusqu’à la fin de l’année vu la morosité économique, la Banque mondiale a établi cinq mesures d’urgence pour période allant jusqu’à 2017 :
– une optimisation du programme de maintenance des centrales thermiques du CEB et des Independent Power Producers pour satisfaire la demande ;
– une extension du Power Purchase Agreement avec Consolidated Energy Ltd (CEL) de Beau-Champ jusqu’à 2018 ;
– un Fast Tracking de la mise à exécution du projet de réhabilitation de la centrale thermique de Saint-Louis avec quatre turbines de 15 MW chacune ;
– l’extension de la durée d’opération des moteurs Pielstick à la centrale de Saint-Louis jusqu’au second semestre de 2017 ; et
– l’adoption d’un programme d’Emergency Voltage Reduction sur le réseau national au cours des deux prochaines années.
Le vice-Premier ministre et ministre de l’Énergie a déclaré que certaines des recommandations ont déjà été mises à exécution, comme l’entrée en opération des quatre turbines de la centrale de Saint-Louis dès juin/juillet 2017 ou encore la prolongation du Power Purchase Agreement de 22 MW avec CEL pour une période de trois ans à partir du 31 juillet dernier. « Regarding emergency voltage reduction on the grid in 2016 and 2017 when there is low reserve capacity margin, actual tests are being undertaken by CEB to determine the realistic value for maximum reduction during peak demand, if such a measure becomes necessary. While working on its load scenarios, the World Bank consultants had not initially taken into account that the extension of the Power Purchase Agreement with Consolidated Energy Limited would allow for 22 MW. The 60 MW at St. Louis power station is expected to be operational by mid-2017 », devait-il s’appesantir.
Market Survey
Pour le moyen terme, la Banque mondiale arrive à la conclusion que le CEB n’aura d’autre choix que d’avoir recours à des investissements dans des turbines à gaz même si le coût de production d’un kWh à partir d’une centrale thermique au gaz est estimé à Rs 12 contre une moyenne de Rs 3.30 pour les autres sources de combustibles, comme indiqué dans la dernière édition des Management Accounts du CEB.
« For the period 2018-2022, the World Bank report has considered CEB’s high demand forecast instead of a “sensitised” forecast which is lower than CEB’s forecast. The main recommendation is that gas turbines of 2 × 36 megawatts [MW] should be procured. The plant will initially run on light diesel oil and later to be shifted to LNG in a combined cycle mode », a avancé le VPM et ministre de l’Énergie. Il maintient que l’intégration dans le circuit de cette nouvelle technologie devrait réduire les coûts de production à moyen terme « through significant improvement of overall efficiency, which is twofold that presently experienced with gas turbines presently in operation at Nicolay with turbines operating in an open cycle mode ».
Le rapport de la Banque mondiale préconise le maintien du programme d’investissements pour la période allant de 2019 à 2022, soit des capacités supplémentaires de 180 MW, réparties comme suit : 90 MW en 2019, 45 MW en 2021 et 45 MW en 2022. « A complete feasibility study on the use of LNG for power generation and other uses will as well be undertaken shortly, and it is today expected that the use of same for power generation will be a reality by 2021/2022 », a commenté Ivan Collendavelloo, qui se félicite des retombées du Market Survey en matière de sources d’énergie renouvelables.
Avec quelque 180 demandes consignées, le vice-Premier ministre et ministre de l’Énergie affirme que « the response to the recent early market survey, expression of interest, for the optimisation of renewable energy undertaken by CEB is very promising and there are still some one hundred submissions to be analysed on a total of two hundred and eighty projects submitted. Offers corresponding to more than 1200 MW have been received ».