En marge de la grève de la faim observée par Jeff Lingaya, dont l’issue sera décidée ce soir lors d’une veillée organisée par la Plateforme Citoyenne et Rezistans & Alternativ, les procédures réclamant une Judicial Review de la décision de l’Environment Appeal Tribunal en faveur de CT Power se poursuivent. Des animateurs de la Plateforme Citoyenne, dont Alain Nayna, Rolan Brelu-Brelu et Mohammad Zhaeer Allam, ont mis en cause le Central Electricity Board, un des principaux partenaires de CT Power. En effet, la Plateforme Citoyenne cite un cas de conflit d’intérêts présumé, l’un des assesseurs de l’Environment Appeal Tribunal n’étant autre qu’un des conseils légaux du CEB. D’autre part, l’association Azir Moris est passée à l’action hier en installant une banderole « Not To Coal » sur l’une des grues géantes du chantier abandonné de CentrePoint à Trianon et annonce d’autres initiatives de protestation les unes plus remarquables que les autres.
Dans sa demande pour une Judicial Review de la décision de l’Environment Appeal Tribunal en date du 16 juillet dernier forçant le ministère de tutelle à émettre une EIA Licence aux promoteurs de CT Power, la Plateforme Citoyenne cite un cas de vice de forme dans les procédures du tribunal, dont le président était le magistrat Patrick Kam Sing. Les deux autres assesseurs nommés par l’Attorney General sont H. Gunesh et Me Bhooneshwar Sewraj, avoué.
Dans l’affidavit déposé devant le chef juge Bernard Sik Yuen, Alain Nayna, au nom de la Plateforme Citoyenne, établit avec force détails les liens étroits entre le CEB et les promoteurs de ce projet de centrale thermique à charbon de 2 X 55 MW à Pointe-aux-Caves, Albion :
– le 29 juin 2006, le ministère des Terres a alloué le bail du terrain pour la construction du projet, qui est en partenariat avec CT Power,
– le CEB devra bénéficier d’une Equity Participation au sein de CT Power découlant du bail sur le terrain alloué,
– aux termes d’un accord passé avec CT Power, le CEB se voit confier la responsabilité d’assurer l’approvisionnement en charbon d’Afrique du Sud,
– le CEB a déjà donné son accord pour le design de la centrale thermique et également pour le Power Purchase Agreement,
– et le CEB, par le truchement de la CEB Investment Co., a déjà contracté un accord d’actionnariat avec CT Power.
Poursuivant quant aux raisons devant justifier la Judicial Review, Alain Nayna passe au volet de la composition de l’Environment Appeal Tribunal et notamment la présence de Me Sewraj en tant qu’assesseur. La Plateforme Citoyenne révèle que le CEB a déjà retenu les services de l’avoué Sewraj pour une importante affaire en Cour suprême, soit le scandale des ampoules économiques importées de la République populaire de Chine.
Dans cette perspective, la Plateforme Citoyenne soutient que « more importantly, they have been advised that there arises, in the circumstances, a reasonable apprehension or suspicion in a fair minded and informed member of the public that M. Sewraj was biased in favour of CT Power, given his involvement with the CEB at all material times ».
Rogue and Vagabond
De ce fait, les contestataires du projet de CT Power à Pointe-aux-Caves à Albion ajoutent que « they have been advised that objectively, on the basis of previous pronouncements on the issue of perception of bias, that their case is a fit and proper one in respect of which Judicial Review should be ordered ».
En conclusion, la Plateforme Citoyenne maintient que sur la base de ce cas de conflit d’intérêts et que même si elle n’était pas partie prenante devant l’Environment Appeal Tribunal, « they are entitled to challenge the Environment Appeal Tribunal’s finding by way of judicial review for the reason that they have a sufficient interest as there have been no lawful and proper determination on the Tribunal in view of the manifest perception of bias of one of its members ». Les contestataires regrettent également le fait que le ministre de l’Environnement n’ait pas jugé utile de se prévaloir de l’article 57 de l’Environment Protection Act pour faire appel contre la décision du tribunal d’appel de l’Environnement.
Par ailleurs, le groupe Azir Moris s’est signalé hier dans la campagne contre l’utilisation du charbon dans des centrales thermiques. Jameel Peerally, Alain Bertrand et Anushika Sawaram ont planté pendant la journée une banderole avec le slogan « No To Coal » sur une des grues géantes du chantier non-opérationnel de CentrePoint à Trianon. Les trois protestataires, qui ont été interpellés par la police, hier après-midi, ont comparu devant le tribunal de Rose-Hill sous une inculpation provisoire de Rogue and Vagabond.
Des membres d’Azir Moris prévoient la tenue d’une série de protestations en vue de sensibiliser l’opinion quant à la nécessité d’une plus grande transparence dans la politique énergétique. Un premier rendez-vous est annoncé pour la fin de la semaine avec des actions impromptues et de nature spectaculaire en complément.
D’autre part, la National Energy Audit Commission devra se réunir sous la présidence de Dev Manraj, Senior Adviser au Prime Minister’s Office, pour la première fois cet après-midi. La composition de cette commission sera connue de même que le calendrier de travail avec le dossier de CT Power en priorité. A la mi-journée, des représentants de la Plateforme Citoyenne ont été invités officiellement à participer officiellement à la réunion de cet après-midi et à désigner un spécialiste en environnement pour siéger sur cette nouvelle instance consacrée au secteur énergétique.
De son côté, Jeff Lingaya, qui observe une grève de la faim depuis le jeudi 24 janvier, fera connaître ce soir sa décision quant à la poursuite de son action de protestation, dont l’une des retombées est la mise sur pied de cette National Energy Audit Commission. Les animateurs de la Plateforme Citoyenne et du Comité de Sutyen Lagrev Lafaim Jeff Lingaya organisent ce soir une nouvelle veillée au cours de laquelle l’on devra s’attendre à une déclaration du gréviste de la faim.