Avec l’approche de l’été et un hypothétique renversement de tendance sur le plan économique, dont une consommation accrue d’énergie électrique, le Central Electricity Board (CEB) se trouve sur des charbons ardents. Outre le dernier rapport de la Banque mondiale où le risque de black-out est explicité en des termes techniques détaillés et précis, le CEB fait face à des pressions de plus en plus intenses venant de deux secteurs spécifiques. Après le feu vert de la Cour suprême en faveur d’une Judicial Review contre la révocation du projet de centrale thermique de 100 MW à Pointe-aux-Caves, les promoteurs de CT Power passent à l’offensive en attaquant le CEB sur son plan B pour atténuer les risques de Power Outages. De son côté, la firme scandinave BWSC, qui a obtenu un gel intérimaire de l’appel d’offres pour les quatre nouveaux moteurs de 15 MW chacun, ne compte pas rester les bras croisés et met les bouchées doubles pour interjeter appel contre la décision du 3 juillet dernier de l’Independent Review Panel (IRP).
Des recoupements d’informations effectués auprès de sources autorisées indiquent que le CEB devra revoir dans la conjoncture tous ses plans d’armement des centrales thermiques pour éviter de commettre des Contempt of Court. Les promoteurs de CT Power, dont le projet de centrale à charbon de 100 MW au coût de l’ordre de Rs 10 milliards est en suspens depuis bientôt dix ans, ont signifié leur intention d’aller jusqu’au bout pour dénoncer « the clear case of abuse » de la part du gouvernement.
Ainsi, en marge des procédures en Cour suprême pour réclamer une révision de la décision du gouvernement de l’Alliance Lepep contre le projet de Pointe-aux-Caves, les représentants de CT Power s’attaquent au plan alternatif du CEB en matière de génération d’énergique face au spectre de black-out à partir d’octobre 2017 vu que les Installed capacities ne seront pas suffisantes pour satisfaire la croissance dans la demande.
De ce fait, CT Power a écrit formellement à la direction générale du CEB pour réclamer confirmation des négociations initiées avec le groupe sucro-énergétique Alteo dans l’est de l’île en vue d’accroître sa production d’énergie. Cette centrale pourrait être appelée à engager des investissements pour se doter de turbines d’une capacité supplémentaire de 50 MW dans les deux années à venir. Des sources bien informées avancent qu’une première présentation officielle aurait déjà eu lieu en présence des ministres des Services publics, Ivan Collendavelloo, des cadres du ministère et responsables du CEB.
À ce stade, aucune indication n’a transpiré quant à la teneur de la réponse qui pourrait être transmise à CT Power. Mais il est un fait que ce développement, avec Alteo approchée pour remédier à l’absence d’investissements majeurs dans le secteur énergétique dans le sillage du rejet de la construction de la centrale de Pointe-aux-Caves, pourrait se transformer en un nouvel argument dans le cadre de la Judicial review réclamée par CT Power. Toutefois, dans les milieux concernés, on se refuse à tout commentaire avant la maîtrise des tenants et aboutissants du plan du CEB.